Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Maternité Befelatànana : sureffectif des bébés prématurés - 20/11/2012 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L'année dernière, 556 naissances prématurées ont été admises à l'hôpital de gynécologie obstétrique de Befelatànana. Leur prise en charge nécessite une plus grande surveillance. Les six couveuses du service de réanimation néonatale de l'hôpital GOB sont tous les jours occupés. En 2011, 556 naissances prématurées y étaient prises en charge. Ceux qui améliorent leur poids passent au kangourou.

« Le kangourou est une méthode qui consiste à un contact peau sur peau, entre le bébé et la mère ou une autre personne capable de le faire 24h/24h jusqu'à ce que le bébé trouve son poids normal. Cette méthode exige une bonne condition d'hygiène de la personne », explique la docteure Narindra Randrianaivo, pédiatre à l'hôpital GOB. On dit qu'une naissance est prématurée quand elle a lieu avant la 37e semaine. Le poids d'un bébé prématuré peut varier entre 700 ou 900g, alors que le poids normal est de 2 500 à 3 500g. Les raisons sont multiples. « L'hypertension artérielle gravidique pendant la grossesse, la présence des infections génito-urinaires et/ou une maladie chronique chez la femme enceinte, la grossesse précoce sont les principales causes de naissance prématurée », lance la docteure Hery Rajaonarison, pédiatre du même hôpital.

Selon elle, un bébé de 29-30 semaines est viable, selon la cause de sa naissance prématurée, le traitement des infections qu'avaient la mère à sa grossesse. Les deux pédiatres sont d'accord sur la difficulté de la prise en charge d'un bébé prématuré. D'abord sur le plan médical et ensuite sur le plan financier des parents.

12% succombent

L'hôpital assure la couveuse mais les parents prennent en charge les médicaments et le lait spécial pour bébés prématurés, s'il n'est pas possible de tirer le lait maternel. « Il est vraiment difficile de traiter un bébé prématuré, parce qu'on ignore ce qu'il a à l'intérieur de son corps. Il ne faut pas le perdre de vue », poursuit la pédiatre. Celle-ci constate que 12% de ces genres de bébés succombent, surtout à cause des microbes et du petit poids, s'il est de 700g. S'il ne meurt pas, il pourra avoir des séquelles tels le retard de la croissance et psychologique, les infections respiratoires...

Le département santé et dévelop­pement de l'enfant et de l'adolescent à l'OMS a précisé vendredi, la veille de la journée mondiale de la prématurité que « dans le monde, plus d'un bébé sur 10 naissent prématurément chaque année (…) la naissance prématurée est aussi la deuxième cause majeure de décès, après la pneumonie, chez les enfants de moins de cinq ans et que 60% des cas de prématurés se trouvent en Afrique et en Asie ».

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !