Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Épidémie : six personnes succombent de la peste - 15/11/2012 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L'arrivée de la pluie n’est pas toujours une bonne nouvelle. Les rats, vecteurs de la peste qui se réfugient dans les habitats, font des ravages. Début inquiétant de la saison pesteuse dans la Grande île. Six patients sont morts de la maladie en un mois. C'est la région Bongo­lava qui en a payé le prix fort. « Deux personnes succombent de la peste bubonique le 2 octobre, deux autres le 5 novembre et une personne le 9 novembre sur les 43 cas constatés », a signalé, hier, la statistique de la direction de veille sanitaire et de surveillance épidémiologique (DVSSE) au sein du ministère de la Santé publique.

Cependant, cette épidémie n'affecte pas cette seule région. Une autre victime de la peste a été également enregistrée dans le district de Mandoto, dans le Vakinan­karatra, le 9 octobre. Le même jour, trois autres cas, non mortels cette fois, ont été constatés dans le district d'Ambalavao, région Haute-Matsiatra.

Prudence et vigilance

La cause de cette épidémie meurtrière semble toujours la même. « Les victimes de la peste habitent parfois dans des zones enclavées et ils font de l'automédication, avant de rejoindre un centre de santé quand la maladie empire. Pourtant, tous les centres de santé sont équipés de test de diagnostic rapide et de médicament pour soigner cette maladie dans les plus brefs délais », déplore Alain Marcel Rahetilahy, chef du service des maladies épidémiques et négligées au sein du ministère de la Santé.

Par contre, le directeur régional de la santé publique de Tsiroanomandidy refuse de dévoiler les circonstances de cette épidémie meurtrière au sein de sa direction, sans une autorisation écrite du secrétaire général du ministère de la Santé.
Toutefois, Alain Marcel Rahetilahy ne souhaite pas dramatiser la situation. « Ces cas restent encore à vérifier à l'Institut Pasteur de Mada­gascar. Et chaque année, 30 à 40% des cas enregistrés sont confirmés, même si le résultat du diagnostic rapide s'avère positif au départ. Aussi la situation n'est-elle pas encore très inquiétante », rassure-t-il.

D'autres médecins restent pourtant prudents. « La chaleur, la pluie et les feux de brousse qui ont dévasté plusieurs régions, ces derniers mois, poussent les rats, vecteurs de propagation de la peste, à s'enfuir vers les villages. C’est pourquoi les gens doivent rester vigilants », prévient un médecin qui ne souhaite pas dévoiler son nom. Et selon le secrétaire général du ministère de la Santé, Philémon Tafangy, le nombre de cas suspects de la peste s'élève entre 300 et 500 chaque année.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !