Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Les paramédicaux exigeants : le nombre d’agents communautaires devrait être renforcé pour substituer les personnels médicaux - 01/12/2012 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les habitants des zones reculées souffrent du manque de qualité des soins. Les nou­veaux diplômés demandent une commodité avant d'y exercer leurs métiers. Nous souhaitons travailler de préférence dans une localité avec un minimum de confort. Telle a été la synthèse des réponses des 64 paramédicaux issus de l'Institut de formation inter-régional des paramédicaux d'Antana­narivo, hier. C'était en marge de la sortie officielle de la XXIIème promotion des paramédicaux de l'État, à Andrefan'Ambohijanahary.

« Je suis prêt à rejoindre la localité que le ministère de la Santé m'a décrétée. Mais comme l'ex-province de Fianarantsoa a un quota sur ces 64 nouveaux paramédicaux, j’aimerais travailler à l'hôpital de Fianarantsoa ville. Il y a de l'électricité et j'y suis près de ma famille. J'y ai aussi effectué mon stage », a relaté Anjaniaina Toaviniavo Rakotozafy, infirmier anesthésiste. À l'entendre, rejoindre l'hôpital de Midongy du sud, qui manque cruellement d'infirmier anesthésiste, est un dernier recours.

Pas facile

Anjaniaina Rakotozafy n'est pas le seul à choisir le centre-ville pour mettre en pratique son diplôme. « Je ne suis pas prêt à exercer mon métier dans un Centre de santé de base de niveau I. Mais si je n'obtiens pas un poste où il n’y a pas d’électricité ni de réseau de communication, je pourrais peut-être travailler dans une zone enclavée », a avancé, pessimiste, Fetraniaina Rakotondrazafy, infirmier généraliste. Nan­drianina Rakotonirina, sage-femme, pense à l'avenir de sa progéniture avant de rejoindre un poste quelconque. « Mon enfant se trouve en classe de CM2. J’aimerais que la localité où l'État va m'affecter abrite un collège d'enseignement général et un lycée pour que son avenir soit assuré », a-t-elle souligné.
À en juger ces critères des nouveaux diplômés, les centres de santé fermés, faute de personnel médical, risquent de perdurer. Les propos de John Alberto Bam Razafindrabe, directeur de cabinet au sein du ministère de la Santé, semble le vérifier. « Au début de l'année, une centaine de centres de santé de base restaient encore fermés. Actuellement, nous avons recruté 150 médecins et 50 paramédicaux. Beaucoup de postes restent, toutefois, à pourvoir car plusieurs personnels médicaux ne souhaitent pas travailler dans des zones reculées, comme dans la région Atsimo-Atsinanana. Et l'insécurité ambiante ne facilite pas, non plus, leur travail », conclut il.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !