Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Ankatso : formation effective en Sidénologie ; Ce sont les premiers médecins diplômés en Sidénologie de la faculté de Médecine d’Ankatso - 19/12/2012 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La faculté de Médecine dispose d'une formation de médecins référents du Sida. Sa première promotion est sortie officiellement, hier. La lutte contre le VIH/Sida prise au sérieux. Depuis 2011, la formation en Sidénologie (science du Sida) a été créée au sein de la faculté de Médecine de l'université d'Antananarivo. Il s'agit, pour les médecins généralistes, de se former sur la prise en charge psychosociale et médicale des personnes vivant avec le VIH (PVVIH), ainsi que leur suivi.

La formation dure deux ans et tous les professeurs de l'université de Madagascar, spécialistes en médecine générale et maladies infectieuses, assurent les cours. Elle est payante, avec un frais de 1,150 million d'ariary, incluant tout depuis l'inscription des apprenants. Ces derniers sont, par ailleurs, admis par voie de concours. Ils ont une partie d'étude théorique et une pratique clinique avant d'obtenir leur diplôme universitaire en Sidénologie.

« Auparavant, la formation des médecins référents du Sida a été offerte au niveau de l'océan Indien. Donc, l'État y envoie nos médecins. Ces derniers ramènent le diplôme universitaire référent de l'océan Indien. Mais cette formation n'existe plus maintenant », a lancé le professeur Mamy Randria, premier responsable de la formation innovante.

Manque de matériels

Pour cette première, 20 médecins issus de différentes régions de la Grande île ont suivi la formation jusqu’à la fin. Ils viennent du milieu public et privé. Parmi les sortants figure le chef de service médical de la Com­mune urbaine d'Antananarivo, le docteur Hervé Rabeson. Celui-ci s'occupe du dépistage du VIH/Sida au sein du Bureau municipal d'hygiène, à Isotry, et réfère, par la suite, les séropositifs. « Les médecins référents de chez nous sont insuffisants parce que la plupart d'entre eux travaillent pour un projet de santé », a-t-il lancé. Ce nouveau spécialiste en Sida affirme avoir acquis l’essentiel de ce qu'il doit faire à partir de maintenant. « Pour la prise en charge, le médecin référent n'est pas obligé de prescrire un médicament à un PVVIH. Celui-ci a aussi besoin d'un accompagnement psychologique », a indiqué le docteur.

Les nouveaux médecins référents du Sida vont se mettre en œuvre. Pour accomplir leur mission, ils deman­dent un appui matériel à l'État. « On a besoin d'un compteur CD4 pour faire l'analyse des anticorps afin de déterminer si la personne est PVVIH. Il nous faut, aussi, l'appareil pour connaître la charge virale. C'est capital de déterminer le niveau de la charge virale parce que si celle-ci augmente, l'anticorps de l'individu est faible. Tout cela pour prescrire ou non un médicament à la PVVIH », a conclu le docteur Hervé Rabeson. Les médecins référents insistent, également, sur le ravitaillement en médicaments par l'État.

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !