Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


Suivez-nous :


LES REVUES APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Mai 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mars 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2019
Consulter la revue


BIBLIOTHEQUE MEDICALE

E. Pilly : Maladies infectieuses et et tropicales - Plus d'informationsL'E PILLY (26e édition 2018) est l'ouvrage de référence français en Infectiologie. Ouvrage collégial du Collège des universitaires de Maladies Infectieuses et Tropicales (CMIT), cette 26e édition 2018 a été entièrement remise à jour et, pour la première fois, est en quadrichromie avec une maquette modernisée et une iconographie très riche et didactique... Plus d'informations


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Des victimes de cysticercose rappelées - 16/01/2013 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le professeur Bertille Rajao­narison, chef de section Santé mentale de l'Éta­blisse­ment universitaire de soin et de santé publique d'Analakely (EUSSPA) (ex Institut d'hygiène), a lancé un appel aux 313 patients dépistés positifs à la cysticercose et qui ont été soignés pour qu’ils reviennent à Analakely.

C'était lors d'une conférence de presse, hier, dans le local de l'EUSSPA. « Sur les 500 personnes dépistées de la maladie de cysticercose en décembre 2011 et juin 2012, 353 personnes ont été infectées par cette maladie. Elles étaient toutes traitées. Mais c'est l'analyse de sang seulement qui pourrait attester que le patient est guéri. Seulement une quarantaine ont effectué cette analyse de sang », a-t-elle expliqué.

À l'entendre, tous les patients qui ont pris des médicaments ne sont pas forcément soignés. « Sur cette quarantaine de patients traités qui ont fait l'analyse de sang, quatre personnes présentent encore de la cysticercose. Cette situation est due à un taux élevé de larves du ver plat appelé taenia solium dans le sang et le corps du patient », a-t-elle ajouté. Les risques que pourraient présenter ces 313 personnes qui n'ont pas effectué cette analyse s'avèrent ainsi multiples.

Vonjy Radasimalala

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !