Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

La greffe du rein reste hypothétique : la dialyse oblige le patient à se brancher au dialyseur pendant quatre heures par séance - 20/04/2013 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Une demande de transplantation rénale à l'étranger, est passée de deux il y a vingt-ans, à dix il y a deux ans. La réanimation néphrologie de l'HJRA pour la dialyse est saturée depuis 2001. Las de suivre les longues et pénibles séances de dialyse, les patients en insuffisance rénale terminale, sont à la recherche du confort par la transplantation rénale. Celle-ci consiste à prélever un rein en bon état de fonctionnement chez un donneur qui peut être un parent proche ou une tierce personne et à le transplanter chez le patient.

Néphro­logue à l'hôpital Joseph Ravoahangy Andria­navalona (HJRA) à Ampefi­loha, le professeur Lova Randria­manantsoa expose l'engouement de ses patients pour la transplantation rénale à l'étranger. « Il y a 20 ans, deux patients ont été évacués pour une transplantation rénale. Il y a deux ans, on en recensait 10. En Europe, le coût d'une transplantation peut atteindre 800,500 millions d'ariary, En Inde, elle est environ de 76,370 millions d'ariary et en Afrique du Sud, 163,650 millions d'ariary », révèle le professeur, en précisant toutefois que « la transplantation rénale ne signifie pas une guérison totale du patient. Le rein greffé a une espérance de vie autour de 15 ans, si le donneur et le patient ont un lien de parenté. S'il s'agit d'un donneur cadavérique, il est possible que l'organisme du patient rejette le rein ».

Selon lui, les néphrologues malgaches ont la compétence pour effectuer une transplantation rénale, mais aucune loi ne leur permet encore de la faire, puisqu'il s'agit d'une greffe d'organe. Mise à part la loi, l'éthique (cultures, religion,...) et les médicaments nécessaires constituent également un blocage pour effectuer la trans­planta­tion rénale à Madagascar.

Non autorisé

La plupart des malades des reins n'ayant pas les moyens pour une évacuation sanitaire, n'ont d'autres choix que la dialyse, dont le coût est de 300 000 ariary par séance de quatre heures, alors qu'un patient doit faire trois séances par semaine. Le service de néphrologie de l'HJRA accueille depuis 2001, treize patients pour la dialyse.

Sa capacité d'accueil, son personnel et ses dialyseurs l'auraient contraint à ne plus pouvoir accueillir d'autres malades en plus. « Selon le diagnostic, deux à trois patients par semaine devront faire une dialyse mais notre capacité ne nous permet pas de les accueil­lir », se désole le médecin. L'insuf­fisance rénale est une maladie qui fait beaucoup de victimes. Selon l'OMS, sur la population totale de 20 millions, 8000 à 10 000 doivent effectuer une dialyse, or quelques centaines seulement le font.

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !