Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Journée mondiale de la fistule : maladie peu connue mais dévastatrice - 23/05/2013 - Midi Madagasikara - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ancienne fistuleuse, Sophia est aujourd'hui réparée, et prête à affronter l'avenir. On célèbre ce jour la journée mondiale de la lutte contre la fistule obstétricale. Une maladie qui résulte principalement des complications à l'accouchement des filles trop jeunes. Sophia n'avait que 14 ans lorsque ses parents l'ont mariée à un jeune garçon qui, lui, n'avait que 15 ans. Originaire de Fort-Dauphin, elle habite dans une localité très éloignée et n'a jamais été à l'école. Sophia ne sait ni lire ni écrire, mais espère passer de belles années aux côtés de son mari.

Comme tous les couples mariés, ils font un enfant, et Sophia tombe alors enceinte. Elle prend soin d'elle et profite des jours de marché pour effectuer ses consultations prénatales. Elle accouche alors qu'elle n'a que 17 ans, trop jeune apparemment, dans un centre de santé. Sauf que les choses ne se déroulent pas comme prévu, car son accouchement se complique, alors elle est référée dans un centre plus grand, à 5 heures de voiture de là où elle vit. Sophia survit, mais son bébé meurt à la naissance. La situation empire pour Sophia, qui souffre alors de fistule obstétricale. Elle ne peut plus contrôler sa vessie, et son urine dégouline le long de ses jambes. Son mari la ramène chez ses parents, elle se retrouve seule.

Marginalisée. « Mon mari m'a ramenée chez mes parents car j'étais malade. D'ailleurs, personne ne voulait s'approcher de moi car je puais » raconte Sophia, les yeux baissés, dans le grand jardin de l'hôpital Be de Toliara, 4 ans après les faits. Aujourd'hui, Sophia a été réparée. Et elle projette même de reprendre sa vie en main et de devenir commerçante. Mais elle est passée par tant d'épreuves pour en arriver là. Après son accouchement, la fistule obstétricale fait d'elle une marginale de la société. De plus, à cause de la complication à l'accouchement, on a du lui retirer son utérus, ce qui lui enlève la chance d'avoir, un jour, un autre enfant. Son oncle entend alors parler d'une réparation de la fistule obstétricale, grâce à une campagne menée par l'UNFPA et le ministère de la santé, et l'emmène à l'hôpital. Elle subit sa première opération de fistule obstétricale. Une opération gratuite qui lui permet de retrouver sa dignité, car désormais, elle ne pue plus et peut à nouveau être active.

Fistule obstétricale.A Madagascar, depuis 2011, 247 femmes souffrant de la fistule obstétricale ont été réparées, grâce à une grande campagne financée par l'UNFPA. D'ailleurs, l'opération, normalement est très couteuse. L'appui de l'UNFPA comprend à la fois l'opération chirurgicale, ainsi que le séjour de 3 semaines à l'hôpital. Pourtant, seules 6 formations sanitaires peuvent offrir ce service, et très peu de médecins peuvent et ont les compétences nécessaires pour faire la chirurgie.

Anjara Rasoanaivo

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !