Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Hôpitaux : la prise en charge fait défaut aux urgences - 05/07/2013 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L'accès aux soins pour tous est encore loin. Les « polytraumatisés» qui nécessitent une intervention d'urgence ont du mal à s'en sortir. Ils succombent, surtout, quand le chemin vers l'hôpital complique davantage leur état de santé. Les moyens de locomotion, dont les ambulances des hôpitaux publics, sont destinés à évacuer les malades depuis l'hôpital, non à les y conduire. Les patients sont obligés de louer un taxi ou un pousse-pousse quand ils n'ont pas, en moyenne, 100 000 ariary pour une ambulance privée.

Capacité d'accueil

Faute de confort, l’état de santé du malade se détériore en chemin, d'autant plus que peu de gens savent quels sont les premiers soins à donner à une personne gravement malade ou inconsciente. À l'hôpital Joseph Raseta Befelatanana (HJRB), une à deux personnes par jour meurent, selon le service des urgences.

« La prise en charge dans les services des urgences est difficile. En chemin, les proches ignorent dans quelle position mettre le patient, qu'il faut lui enlever ses dentiers s'il en a, qu'il ne doit rien avaler. Tout se complique, ensuite, quand le patient ne dispose pas de moyens pour acheter des médicaments, faire des analyses... À cela s'ajoute le manque de matériel du service», a confié le chef d'unité des urgences de l'HJRB, le docteur Robi­velo Rasolo­fohani­trininosy, hier, lors de la troi­sième journée des urgentistes de l'océan Indien, au Motel, Anosy. Les services des urgences ne peuvent pas, non plus, accueillir tous les nécessiteux.

Le docteur Nicole Rakoto­arison, chef de service des urgences de l'hôpital Joseph Ravoahangy Andria­navalona, Ampefi­loha, a souligné, en marge de la deuxième journée des urgences, au mois de juin, que son service reçoit cent-vingt à cent-cinquante patients par jour alors que la capacité d'accueil de la réanimation est de quinze personnes. Les médecins sont contraints de prioriser les cas les plus critiques.

Un partenariat organisationnel

Jusqu'à aujourd’hui, les médecins urgentistes de l'océan Indien se réunissent au Motel, Anosy, pour un partenariat organisationnel. L'idée est de partager les expériences, d'établir un protocole uniforme de prise en charge thérapeutique. La création d'un centre de réception et de régularisation des appels est, également, au menu afin d'assister et d'orienter les patients.

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !