Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Gynécologie : l’intra-cytoplasmie pointe son nez - 30/10/2013 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La gynécologie innove. Après avoir lancé la fécondation in vitro (FIV) au mois d'août, le gynécologue obstétricien Rakotobe Andriamaro ajoute l'injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde (ICSI) en faveur des hommes dont les spermatozoïdes n'ont pas la capacité de procréer. Ce médecin envisage d'introduire cette technique à partir du mois de janvier. Pour l'ICSI, le coût de l'intervention est estimé à 12 millions d'ariary, alors que pour la FIV chaque patiente doit prévoir environ 8 millions d'ariary.

Le gynécologue malgache travaille dans ce projet médical ambitieux avec deux médecins étrangers dont le profes­seur Safa Al-Hasani, qui a réussi le premier bébé éprouvette en Allemagne, ainsi que le médecin Italien Leonardo Formigli. L'ICSI et la fécondation in vitro font leur entrée dans le territoire malgache, où aucune loi ne les régit.

«Pour cette première, l'ICSI est proposé aux hommes atteints d’asthenospermie (dont les spermatozoïdes sont paresseux), azoospermie (absence totale des spermatozoïdes dans le sperme), oligospermie (faible quantité de spermatozoïdes dans le sperme). Chez les femmes, la FIV s'ouvre à celles ayant subi une obstruction bilatérale des trompes, une ovariectomie ainsi qu'une ménopause précoce», a fait part le docteur Rakotobe Andriamaro.

Déjà équipé par ces spécialistes européens, le Centre de procréation médicalement assisté de Madagascar, sis à Andohalo, abritera chacune des interventions. Selon le médecin, des examens médicaux sont obligatoires pour tous les patient(e)s avant l'insémination, parce que la reproduction assistée ne tolère aucune infection et/ou pré­sence bactérienne. Ainsi, le docteur Leonardo Formigli est attendu ce week-end pour examiner une quinzaine de patientes. Le docteur Rakotobe Andriamaro donne un aperçu de la reproduction médicalement assistée. «Pour l'ICSI, on prélève un seul spermatozoïde chez l'homme que l'on injecte dans l'ovocyte à l'aide d'un micro-injecteur. Après 48 ou 72 heures de formation de l'embryon, ceci sera introduit chez la femme. Pour la FIV, le transfert d'embryon est effectué généralement 48 heures après la fécondation des ovocytes et des spermatozoïdes », précise le gynécologue-obstétricien.

Michella Raharisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !