Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :


LES REVUES APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Mai 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mars 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2019
Consulter la revue


BIBLIOTHEQUE MEDICALE

E. Pilly : Maladies infectieuses et et tropicales - Plus d'informationsL'E PILLY (26e édition 2018) est l'ouvrage de référence français en Infectiologie. Ouvrage collégial du Collège des universitaires de Maladies Infectieuses et Tropicales (CMIT), cette 26e édition 2018 a été entièrement remise à jour et, pour la première fois, est en quadrichromie avec une maquette modernisée et une iconographie très riche et didactique... Plus d'informations


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Docteur Julien Razafimahefa : « L'AVC touche plus de 50 % des hospitalisés » - 26/11/2018 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Adopter un mode de vie sain permet d'éviter les facteurs de risque d'accident vasculaire cérébral.

Qu'y-a-t-il à savoir sur l'accident vasculaire cérébral ou AVC ?

- Il y a deux manifestations de l'AVC, le rétrécissement des vaisseaux sanguins et la rupture brusque de la circulation sanguine. Ces deux cas conduisent à une explosion des artères au niveau du cerveau. D'une part, dès qu'un vaisseau sanguin se rétrécit, il y a anormalité de la circulation sanguine conduisant à une agglutination du sang, et celle-ci finit par faire exploser le vaisseau sanguin. D'autre part, dès qu'un caillot se forme ou plus précisément dès que le sang se coagule dans une partie du cerveau, il y a interruption de la circulation normale du sang.

Dans quelle circonstance arrive-t-on à la qualification d'accident vasculaire cérébral ?

Ces deux manifestations de l'AVC conduisent soit à un coma, soit à une paralysie partielle du corps, soit à une difficulté de parler. Ce sont les vaisseaux sanguins du cerveau qui sont touchés et l'AVC s'extériorise par une hémorragie. Dès que l'état du patient présente ces cas-là, c'est que l'AVC l'affecte. Au niveau du Centre Hospitalier Universitaire Joseph Raseta Befelatanana, presque tous les malades internés, estimés à plus de 50 %, dans les différents services, sont victimes d'AVC, nonobstant qu'ils sont internés au service pneumologie, encologie ou autre.

Comment peut-on éviter un accident vasculaire cérébral alors ?

Ce n'est pas un problème qu'on peut éviter. Il y va du mode de vie car un mode de vie « sain » réduit le stress et l'augmentation de la pression artérielle. A partir de la quarantaine, hommes et femmes peuvent être touchés par l'AVC. Mais plutôt, il est plus commode de souligner que les personnes doivent être prudentes car elles s'exposent en permanence à un accident vasculaire cérébral, notamment les diabétiques, les personnes hypertendues, et les victimes antérieures d'AVC ainsi que les personnes âgées. L'accident vasculaire cérébral survient sans prévenir mais elle ne conduit pas obligatoirement à la mort. La meilleure prévention à adopter est de se faire examiner régulièrement par un médecin, faire de temps à autre un bilan médical, et contrôler sa tension.

Que peut-on espérer du traitement d'un AVC ?

Il y a les médicaments à vie permettant de stabiliser l'état de santé du patient. L'accident vasculaire cérébral n'est pas une maladie incurable. C'est le vaisseau sanguin qui est irremplaçable. Même si une personne est atteinte d'un AVC, elle peut se rétablir si les soins sont faits à temps. Lorsque l'hospitalisation tarde, l'AVC est découvert tardivement. Or la découverte tardive de l'AVC conduit déjà à des lésions internes de l'organisme d'où affaiblissement du malade. L'AVC peut cependant se manifester à plusieurs reprises sur un individu. Le traitement consiste ainsi à réduire les facteurs de risque de l'AVC. L'établissement sanitaire, ici à Befelatanana, accueille les patients souffrant d'AVC.

Par Tsiory Fenosoa Ranjanirina

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !