Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Avortement clandestin : Les IVG se pratiquent à un rythme inquiétant. Les jeunes s’exposent pourtant à des risques réels ; Un recours de plus en plus précoce - 25/07/2007 - Midi Madagasikara - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« L’avortement se pratique aujourd’hui à des âges plus jeunes que dans le passé ». Voilà la triste conclusion d’une étude menée récemment par la FISA (Fianakaviana Sambatra), Les jeunes ont donc recours à l’avortement, de plus en plus tôt. Pour l’instant, les données statistiques sur cette situation ne sont pas encore communiquées. Et pour cause, les résultats complets de cette étude ne seront présentés qu’ultérieurement.

Une réalité

Ce phénomène touche aussi bien les jeunes des zones urbaines que ceux des villages ruraux. En effet, « l’avortement clandestin est une réalité présente dans tous les milieux », révèle cette étude réalisée par Focus Group and Developement dans la Capitale, ainsi que dans six centres urbains et six autres centres ruraux. Apparemment, l’avortement ne concerne que les jeunes célibataires, quelquefois obligées d’y recourir pour des raisons scolaires et financières. Cette pratique est aussi malheureusement courante chez certaines femmes mariées ou en concubinage pour contrôler les naissances.

Manque de capacité

C’est dire que beaucoup de femmes, jeunes ou moins jeunes, ne sont pas suffisamment conscientes des risques qu’elles encourent en avortant, surtout clandestinement, hors des formations sanitaires. Et la situation sera encore plus inquiétante pour l’avenir. « Le recours à cette pratique n’est pas à écarter dans le futur pour une partie notable des jeunes femmes enquêtées, d’autant plus que les prestataires et les centres de santé manquent de capacités pour prendre en charge les soins post abortum », souligne toujours cette étude. C’est dire que pour réduire le taux d’avortement, la sensibilisation et la vulgarisation de l’utilisation des méthodes contraceptives doivent être renforcées.

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !