Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Santé maternelle - Le recours à la césarienne de plus en plus sollicitée : Le pavillon Sainte-Fleur reçoit de plus en plus de demandes personnelles pour un accouchement par césarienne - 14/04/2006 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le niveau d’indication augmente. "Même les femmes ont, aujourd'hui, la conviction qu'accoucher avec cette méthode évite la douleur", souligne le Dr Simone Andriantsivohony Razafindralambo, médecin-chef auprès du pavillon Sainte-Fleur à Ampefiloha. Car la césarienne, rappelons-le, est une opération chirurgicale qui consiste à pratiquer une incision dans la paroi abdominale pour extraire l'enfant de l'utérus de sa mère.

"La capitale voit davantage de femmes qui recourent à cette méthode, car elles ne doivent rester hospitalisées que durant cinq jours après l’opération", souligne la responsable. Cependant, la méthode s'avère nécessaire quand la femme est confrontée à un bassin de petite taille ou quand son bébé est gros. Chaque année, le pavillon Sainte-Fleur recense 15 à 20 accouchements par césarienne sur les 100 libérations assistées par son équipe. Souvent aussi, les femmes qui y sont contraintes, souffrent de cardiopathie ou autres maladies héréditaires. Cette méthode se pratique sans trop de risques à la 35ème semaine après l’aménorrhée. "L’accouchement par césarienne n’est pas systématique chez une femme. Elle peut par la suite accoucher à la normale", précise le Dr Simone Andriantsivohony Razafindralambo. Pour Lanto, 21 ans, qui vient d'accoucher suivant cette méthode pour son premier enfant, à la maternité de Befelatanana, l’expérience n'a pas occasionné trop de difficultés. "Pour un premier enfant, j’ai pu garder la forme grâce aux soins qui m'ont été offerts", fait remarquer cette jeune mère qui, étant aujourd'hui à trois semaines de son accouchement, se porte bien ainsi que son bébé.

Fanja Saholiarisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !