Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Une première sensibilisation sur l'hépatite à Madagascar - 17/05/2008 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La majorité des Malgaches ignore encore le danger que représente l'hépatite. Son taux de prévalence est plus élevé que celui du SIDA à Madagascar. Le 19 mai est consacré journée mondiale de l'hépatite. A cette occasion, l'Association Malgache de Lutte contre les Hépatites Virales (AMLHV) a sensibilisé la population sur la gravité de cette maladie. Elle est dirigée par le professeur Rado Ramanampamonjy, le seul spécialiste de cette maladie à Madagascar.

« Le but de notre association est de sensibiliser les Malgaches sur l'existence de cette maladie qui affecte 25% des ruraux. L'hépatite B et l'hépatite C touche 1,5% de la population malgache, selon les statistiques de l'année 2000 » explique le médecin. Ce taux est plus élevé que celui du VIH/SIDA qui est à moins de 1%. « Les virus de l'hépatite B ou C sont cent fois plus virulents que celui du VIH/SIDA », souligne-t-il.

Pour marquer cette journée, l'AMLHV, en collaboration avec le laboratoire La Roche Pharma de France, se mobilise en organisant une séance gratuite de dépistage à Antananarivo. « L'arrivée des kits de dépistage ne coïncide pas avec la célébration de la journée mondiale de l'hépatite. Mais nous promettons qu'un millier de personnes en bénéficiera », précise-t-il. En ce qui concerne la célébration nationale, aucun programme n'est en vue, d'après le docteur Nivo Andriamampianina, responsable du service communication et médias du minisitère de la santé.

Cinq patients ont été guéris depuis l'année dernière, avec l'aide du professeur Rado Ramanampamonjy. Quatre autres personnes suivent encore leur traitement à l'hôpital général de Befelatànana. Une ancienne malade révèle qu'elle a contracté l'hépatite au cours d'une transfusion sanguine, lors d'une opération chirurgicale. Comme le VIH/SIDA, les relations sexuelles non protégées, la transmission mère-enfant ou la transfusion sanguine peuvent contaminer une personne saine.

Le traitement ainsi que le dépistage ne sont pas encore à la portée des ménages malgaches. Le coût est évalué à deux millions six cent mille ariary par mois. Les frais de dépistage sont de deux cent mille ariary. Il se fait par analyse. Aucun vaccin n'est disponible pour l'hépatite C si celui de l'hépatite B coûte 30.000 ariary.

Noro Haingo Rakotoseheno

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !