Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Santé publique : la drépanocytose menace la santé infantile - 03/06/2008 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L'association Lutte Contre la Drépanocytose Madagascar (LCDM) appelle au dépistage précoce de la drépanocytose. Cette maladie des globules rouges assez méconnue pourrait affecter 10% des Malgaches, d'où une nécessité de sensibilisation. Le cas d'Olivier, fils de Velokamisy, originaire de Farafangana, mérite réflexion. Aujourd'hui âgé de 30 ans, ce drépanocytaire n'a été dépisté que très tard. «Nous avons appris l'existence de cette maladie très tard. Pourtant, mon fils avait des crises de douleur surtout quand il était fatigué», explique son père.

Velokamisy et son épouse ont eu 10 enfants mais seul Olivier est drépanocytaire. Pourtant, cette maladie est la pathologie génétique la plus répandue dans le monde. «Elle se manifeste surtout chez les enfants qui ont eu des parents drépanocytaires. Comme toute maladie, elle nécessite un traitement, qui coûte Ar 47 000 par mois», souligne Professeur Roland Rakotoarimanana, un des 40 spécialistes en la matière et membre de la LCDM.
En Afrique, 90 % des parents de malades ne savent pas qu'ils sont porteurs de la maladie et ignorent ce que cela signifie. «La maladie se manifeste surtout par des complications au niveau des articulations et du cerveau. Le malade a un ventre gonflé, des yeux jaunes et est toujours fatigué», explique Pr Rolivat Alison Rakoto, médecin traitant la maladie, qui ajoute que la drépanocytose peut laisser de graves séquelles.

Traitement mensuel

Pour mieux les aider, l'association s'ouvre aux drépanocytaires détectés à Madagascar, depuis 2005. «Nous essayons d'assurer le traitement mensuel des malades connus dans toute l'île. Mais nombreux restent non repertoriés car le dépistage leur coûte cher, il n'est faisable que dans la capitale», souligne Pascale Jeannot, présidente de l'association et mère d'une drépanocytaire.
Pour mieux informer les gens sur la maladie, l'association organise un colloque sur la prise en charge de la drépanocytose dans l'océan Indien du 27 au 29 novembre prochain.

Fanja Saholiarisoa

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !