Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

GSK : le vaccin contre la varicelle, enfin disponible à Madagascar - 19/07/2008 - Midi Madagasikara - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

On peut désormais se prémunir de la varicelle, connue sous l’appellation en malgache "nendram-boalavo". Le vaccin contre cette maladie infectieuse, largement vulgarisé dans les pays développés depuis des années, est enfin disponible dans la Grande Ile. « Le ‘’Varilrix’’, ce vaccin varicelleux, peut être utilisé chez les bébés dès l’âge de 12 mois.

Une dose suffit pour immuniser à vie les enfants de moins de 13 ans. Par contre, à partir de 13 ans, il faut deux doses, administrées dans un intervalle de 6 à 10 semaines, pour protéger totalement les adolescents et les adultes », explique Jenny Rakotoseheno, country manager des Laboratoires GSK (GlaxoSmithKline), lors du lancement de ce produit, hier à l’HJRA.

La varicelle est généralement bénigne. « Cette maladie peut pourtant présenter certaines complications, surtout pour les personnes qui ne l’ont pas contractée dans leur enfance, et notamment les femmes enceintes. Un avis médical est ainsi important avant le recours au vaccin », souligne le Dr Hery Andriamanjato.

Le ‘’nendram-boalavo’’ survient surtout chez les petits en âge scolaire. D’ailleurs, les enfants la contractent communément à l’école, créant ainsi des vagues d’épidémies. En marge de la prise en charge de la fièvre, le traitement de la varicelle comporte des applications locales antiseptiques sur les boutons afin d’éviter la surinfection. Les parents malgaches ont l’habitude d’utiliser l’éosine ou le mercurochrome. La varicelle survient rarement plus d’une fois chez une même personne. Toutefois, à la place des boutons, elle laisse des tâches indélébiles marquant à jamais la peau. « Le souci des parents quand l’enfant est fiévreux, les 15 jours d’absence à cause de l’éviction scolaire obligatoire et les traces ineffaçables sur la peau en cas de varicelle, peuvent tous être évités avec la vaccination », affirme le country manager de GSK. Mais en attendant l’éventuelle introduction de ce vaccin dans le programme de vaccination de routine du pays, il faut débourser près de 80 000 ariary pour se prémunir contre le « nendram-boalavo ».

v.a.

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !