Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Région Itasy : la schistosomiase ou bilharziose est une infection parasitaire qui affecte près d’un Malgache sur cinq - 07/10/2008 - Midi Madagasikara - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La bilharziose est hyper endémique dans l’Itasy. Près de six habitants sur dix sont affectés par cette infection parasitaire dans cette région. Le taux de prévalence de la schistosomiase y est en effet de l’ordre de 58,2%. Pour sauver les enfants de cette zone, une campagne de distribution de médicament (praziquantel) contre la bilharziose vient d’être lancée, à l’EPP de Soavinandriana, hier. Cet opérateur sanitaire concernera quelque 421 970 petits, âgés de 5 à 15 ans, dans 1 071 écoles publiques et privées, de trois districts de l’Itasy, notamment Soavinandriana, Miarinarivo et Arivonimamo. Elle est menée sur initiative de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), avec l’appui du laboratoire Merck, qui a fourni gracieusement les médicaments, et en collaboration avec le ministère de la Santé et du Planning Familial et le ministère de l’Education Nationale.

Pisser du sang

A Madagascar, les bilharzioses se rencontrent de façon endémique pratiquement sur tout le territoire. Sa forme uro-génitale sévit sur la moitié Ouest et le Nord de l’île. Sa forme intestinale se rencontre sur la partie Est et Sud de l’île ainsi que sur les Hautes Terres centrales. Son taux de prévalence au niveau national est d’environ 20%. C’est dire qu’un Malgache sur 5 en est affecté.
« Selon certaines croyances africaines, ‘’qui n’a pas pissé du sang n’est pas encore un homme accompli ou une femme mûre’’. C’est là une croyance erronée que nous devons corriger », a déclaré la Dr Yvette Céline Seignon, représentante de l’OMS à Madagascar.

Maladies oubliées

« Ces bilharzioses font pourtant partie des maladies indicatrices du niveau de pauvreté des populations. Malheureusement, elles semblent être oubliées et négligées aujourd’hui de par le monde. Toutefois, la DG de l’OMS a fait de ces maladies l’une des priorités de son mandat. Et le Laboratoire Merck nous a soutenu dans le combat contre ces maladies tropicales omises », se réjouit-elle.

En marge de l’Itasy, d’autres enfants de 21 autres districts sur la côte Est du pays ont également été sauvés de la bilharziose grâce à une campagne de distribution de médicament entreprise dernièrement. Cette opération sanitaire sera sûrement appliquée dans d’autres régions hyper endémiques à travers le pays.

Vola Andriamanana

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !