Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Chikungunya : Les essais sur la nivaquine compromis. Patients et médecins sont sollicités pour participer aux essais - 21/06/2006 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’épidémie de chikungunya a fortement diminué cette semaine. Tout le monde se réjouit de cette nouvelle... ou presque. Les scientifiques étudiant la question thérapeutique semblent plus mitigés. Rappelons en effet que trois études ont été lancées à la Réunion, dont deux essais thérapeutiques ayant pour objectif de confirmer les effets préventifs ("Prévenchik") et curatifs ("Curachik") de la chloroquine sur les patients atteints de chikungunya. Au total, ces études exigent la mobilisation de 750 Réunionnais médicament-testeurs. Un chiffre qui semble difficile à atteindre alors que les essais cliniques ont démarré depuis un mois.

A peine, 60 patients ont pu être inclus dans le protocole "Curachik" tandis qu’il prévoyait à l’origine la mobilisation de 250 personnes pour atteindre une autorisation de mise sur le marché (AMM). La faute bien sûr à la chute de l’épidémie et donc au nombre de patients atteints du virus mais également à l’aspect restrictif de l’étude, âge supérieur à 65 ans, diabète, insuffisance rénale, grossesse... ces essais exigent différents critères d’exclusion et notamment celui de ne pas dépasser les 48 heures après déclaration des premiers symptômes pour se présenter chez son praticien.

"On a besoin de vous"
"Je lance un appel à la population réunionnaise. On a besoin de vous si on veut trouver enfin une solution thérapeutique au chikungunya, alerte le Dr Sophie Journeaux, médecin généraliste à Sainte-Marie et co-investigatrice des essais. Les personnes qui développent les symptômes du chik et désirant participer à l’étude doivent se rendre très rapidement chez leur médecin*. "Si nous n’avons pas la mobilisation espérée dans les dix jours qui viennent, l’essai devra s’arrêter", prévient le Dr Journeaux. Dans cette perspective, les scientifiques devront attendre un regain de l’épidémie pour relancer l’étude. Ce qui repoussera considérablement l’AMM de la chloroquine (au moins de 6 mois). Concernant le "Prévenchik", incluant 500 personnes, il est déjà quasi question de le mettre en suspens. Trop de ces "testeurs" auraient déjà contracté la maladie, ce qui les exclu de l’essai.

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !