Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Service minimum dans les hôpitaux et sit-in à l’HJRA et en provinces ce jour - 05/06/2009 - Midi Madagasikara - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Décidément, les mouvements de revendication semblent s’enchaîner dans le secteur santé. Après la mobilisation des étudiants en Médecine, plus précisément des internes des hôpitaux la semaine dernière, les paramédicaux reviennent à la charge aujourd’hui. Les infirmiers, les sages-femmes, les étudiants et les autres membres de ce corps médical tiendront, à leur tour, un sit-in ce jour à l’HJRA pour la capitale.

72 heures

« Ce mouvement est aussi généralisé dans les anciens chefs-lieux de province, notamment Antsiranana, Mahajanga, Toamasina, Fianarantsoa, ainsi que dans d’autres régions, comme Melaky, Analanjirofo et Antsohihy », indique l’infirmier Aimé Rakotondrazafy. « Ce n’est pas encore une grève générale. Nous assurons toujours un service minimum dans les hôpitaux, pendant les prochaines 72 heures. Passé ce délai, si nos revendications restent sans suite, nous passerons à une étape plus convaincante. La rencontre d’hier (ndlr : mercredi dernier), entre nos représentants et le DRH (Directeur des Ressources Humaines) du ministère de la Santé, n’a pas été concluante », précise-t-il.

Paralysie

Les revendications de ces paramédicaux portent sur au moins six points. Il s’agit, entre autres, de la réinstallation du service du personnel paramédical, supprimé en 2008, au sein de la structure ministérielle ; de la réinstauration du présalaire des paramédicaux, supprimé également en 2007 ; de l’alignement de l’intéressement accordé au personnel médical dans les établissements hospitaliers ; du reclassement des anciens paramédicaux relégués à la catégorie 3 alors que les nouveaux diplômés sont dans la catégorie 5 ; de l’instauration d’un régime particulier pour tout le personnel médical et de l’établissement d’un plan de carrière plus prometteur pour les paramédicaux. Les membres de ce corps médical se sentent, en effet, négligés et oubliés alors qu’ils constituent près de 53% des agents du ministère de la Santé. Sur un effectif de quelque 15 000 personnes de ce département ministériel, plus de 8 000 sont des paramédicaux. C’est dire que si leur mouvement est massivement suivi, les hôpitaux risquent d’être paralysés.

v.a.

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !