Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Revue de presse

Revue de presse

Nouveau soin à l’accouchement : une lueur d'espoir pour celles qui ont des difficultés à l’accouchement. Un nouveau remède vient d’être trouvé. - 13/06/2009 - L'express de Madagascar - MadagascarEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La crainte des mères qui accouchent peut être apaisée. Un nouveau médicament du nom de Misoprostol entre en lice pour combattre les hémorragies liées à l'accouchement (Hémorragies post partum ou HPP). Co-initiée par le ministère de la santé et Marie Stopes Madagascar (MSM) avec le financement de Venture Strategies for Health and Development (VSHD), la présentation officielle de ce médicament s'est déroulée hier.

Dans un premier temps, l'utilisation de ce médicament sera pilotée dans 31 centres de base, niveau II dans des régions comme Analamanga, Atsinanana, Boeny, Atsimo Andrefana, Haute Matsiatra et Vakinankaratra ainsi que six centres de MSM. « Cet essai sert d’étude dans le cadre d'un projet Sauver la vie des femmes malgaches. Sa vulgarisation dépend en effet de l'adoption des résultats par le ministère », explique le docteur Thierry Ramanantsoa, du MSM. La satisfaction de la cliente au cours du traitement constitue l'un des critères de validation.

Emploi salutaire

Apparemment, Madagascar est en retard dans l'utilisation du Misoprostol pour prévenir les HPP. « Ce médicament a sauvé des vies dans plusieurs pays. Il est une alternative pour les accouchements en dehors des formations sanitaires ou des communautés, là où plusieurs accouchements surviennent à domicile», soutient le docteur Jean Pierre Rakotovao, représentant de VSHD. Ce médicament prend aussi la relève là où les gens n'ont pas accès à l'oxytocine, un médicament utilisé pour les HPP.

D'après une étude faite par le VHSD, l'emploi du Misoprostol s'avère salutaire pour le pays. « Si l'on arrive à couvrir toutes les formations sanitaires des 111 districts, Madagascar peut réduire de 12% le taux de mortalité, soit de 469 pour 100 mille naissances vivantes à 413°/°°. Ce taux peut être ramené à 343°/°° si toutes les communautés de base en sont dotées davantage », poursuit Jean Pierre Rakotovao. Un grand effort devra pourtant être mis en œuvre par le ministère de la santé. Ce dernier doit atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement visant à réduire de 469°/°° à 117°/°° le taux de mortalité. Les risques et complications dus à l'arrêt précoce de grossesse participent en outre à l'augmentation des taux de mortalité maternelle. Le Misoprostol y intervient. « Ce médicament sert aussi à traiter les hémorragies après un avortement spontané ou provoqué », conclut Thierry Ramanantsoa.

Noro Haingo Rakotoseheno

Lire l'article original

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !