Santé tropicale à Madagascar - Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


L'accès au texte intégral des articles nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà client ? Identifiez-vous !


Créez votre compte

Affichez le tarif qui vous correspond

Consultez les Conditions générales de vente


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire - Edition imprimée

Tarif pour un abonnement à l'édition imprimée de Médecine d'Afrique noire destiné à un particulier et à expédier en « Afrique » : 210 €




Accueil > Santé tropicale à Madagascar > Publications scientifiques

Publications scientifiques

Publié dans Médecine d'Afrique Noire 6306 - Juin 2016 - pages 365-371

Docteur Lantonirina Ravaoarisoa "Mifana" : pratique traditionnelle après accouchement et état nutritionnel des mères à MadagascarnoteEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Auteurs : L. Ravaoarisoa, R.J. Mamelontsoa, EL. C. J. Rakotonirina, V.D. Randrianarimanana, J.D.D Rakotomanga - Madagascar


Résumé

Introduction : Résoudre le problème de malnutrition par approche contextuelle nécessite l’identification des déterminants spécifiques qui implique des stratégies adaptées à chaque situation. La présente étude a pour but de comprendre les rôles de pratique traditionnelle malgache appelés "mifana" après l’accouchement sur l’état nutritionnel des femmes.
Matériels et méthode : Une étude transversale rétrospective a été réalisée dans le district sanitaire d’Antsiranana-I. Cent soixante-quatorze femmes allaitantes ayant un enfant âgé de 2 à 4 mois ont été recrutées. La collecte des données a été effectuée par une enquête et une mesure anthropométrique auprès des mères. L’état nutritionnel a été estimé à partir de l’Indice de Masse Corporelle (IMC).
Résultats : Les résultats ont montré que 63,8% des mères étaient en bon état nutritionnel (18,5 < IMC < 25), 31,6% en surpoids (25 ≤ IMC < 30) et 4,6% obèses (IMC ≥ 30). Quarante-neuf femmes (28,2%) n’ont pas pratiqué la tradition "mifana", 59 (33,9%) l’ont pratiqué avec une durée de 1 à 3 semaines et 37,9% pour une durée de 4 semaines et plus. Une association significative entre l’état nutritionnel des mères et la pratique traditionnelle "mifana" est observée. En analyse multivariée, les mères ayant pratiqué la tradition "mifana" pendant 4 semaines ou plus est significativement plus fréquente parmi les obèses ou en surpoids OR [IC95%] = 5,8 [2, 9-11, 7].
Conclusion : La présente étude a un intérêt dans un pays comme Madagascar où les communautés respectent encore les pratiques traditionnelles et où la prévalence de la dénutrition chez les femmes reste élevée. La promotion de ces pratiques traditionnelles ne serait-il pas envisageable comme une stratégie d’amélioration de l’état nutritionnel des femmes ?

Summary
"Mifana": traditional practice after childbirth and nutritional status of mothers in Madagascar

Introduction: To resolve problem of malnutrition by contextual approach requires identification of specific determinants and strategies adapted for each situation. This study aims to understand the roles of Malagasy traditional postpartum practices known as “mifana” after childbirth on the nutritional status of women.
Results: A retrospective cross-sectional study was carried out in the medical district of Antsiranana-I. One hundred seventy-four breastfeeding women with a child aged 2 to 4 months has been recruited. Data collection was performed by a women survey and anthropometric measurement. Body Mass Index (BMI) was used to estimate nutritional status.
Results: Results showed that out of 63.8% women are in adequate nutritional status (18.5 < BMI < 25), 31.6% overweight (25 ≤ IMC < 30) and 4.6% obese (IMC ≥ 30). Forty-nine women didn’t practice the “mifana” tradition, 59 (33.9%) were practiced it during 1 to 3 weeks and 37.9% for 4 weeks or more. Significant association between women nutritional status and traditional practice “mifana” was observed. In multivariate analysis, women who practiced the “mifana” tradition for 4 weeks or more were significantly important among obese or overweight OR [IC95%] = 5,8 [2,9-11,7].
Conclusion: This study has an interest in a country like Madagascar where women prevalence of malnutrition remains high. Encourage this traditional practices would be considered as a strategy to improve women nutritional status? 

Cet article est actuellement coté note (1,0 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
Il a été consulté 1605 fois, téléchargé 32 fois et évalué 1 fois.  Aucun commentaire n'a encore été ajouté à propos de cet article

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF --> Tarif pour un particulier, zone « Afrique » : 15,00 €

Plus d'articles Malgaches - Plus d'articles panafricains


Retrouvez tous les articles publiés sur Médecine d'Afrique noire électronique

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 65ème annéeMédecine d'Afrique Noire est la première revue médicale internationale panafricaine francophone. Créée en 1953 par Pierre Pène et Maurice Payet, l'édition papier traditionnelle parait régulièrement chaque mois et est diffusée dans le monde entier. Depuis 2003, l'édition électronique de Médecine d'Afrique noire a donné à la revue une visibilité mondiale.

L'abonnement est réservé aux professionnels de santé. Pour les praticiens exerçant en Afrique de l'ouest et du centre, il peut être pris en charge par APIDPM Santé tropicale. Plus d'informations ici.



Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MadagascarSanté tropicale à Madagascar
Le guide de la médecine et de la santé à Madagascar


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !