Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Pulvérisation intra-domiciliaire dans la lutte contre le paludisme : test concluant à Koulikoro - 10/03/2010 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Plus de 85 % des ménages des localités-cibles ont bénéficié de pulvérisations d’insecticide à l’intérieur de leurs maisons pour empêcher les moustiques de se poser sur les murs. Le paludisme constitue un problème de santé publique dans notre pays. Pour le circonscrire, des stratégies de prévention comme la pulvérisation intra-domiciliaire (PID) sont mises en œuvre. La PID consiste à passer de porte-à-porte pour pulvériser l’intérieur des maisons et empêcher les moustiques de se poser sur les murs.

La phase pilote de la PID, qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative américaine de lutte contre le malaria, couvre les cercles de Koulikoro et Bla. Cayonnée pour trois ans, elle s’achève avec la campagne qui débutera le 3 mai prochain. Des résultats encourageants ont été engrangés (avec plus de 85 % des ménages atteints). Il faut donc maintenir le cap pour élargir le programme de pulvérisation à d’autres localités après l’évaluation de la phase pilote. Cet objectif est à portée de main. La coordination de RTI (l’organisation non gouvernementale en charge de la PID) et les responsables du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) sont les premiers à en être convaincus.

Ils ont rencontré mercredi à Koulikoro, les leaders communautaires et les autorités administratives pour débattre des préoccupations essentielles liées à la campagne de cette année. La cérémonie d’ouverture des travaux, présidée par le sous-préfet auprès des communes de Koulikoro et du Méguetan, Chaka Kanté, s’est déroulée en présence du coordinateur de RTI, Elie Bankineza, et de Mory Camara, le chef de la division communication et mobilisation sociale du PNLP. Étaient également présents d’autres sous-préfets de Koulikoro, des maires de communes rurales et des présidents d’associations de santé communautaire (ASACO). La rencontre est destinée à informer les différentes parties prenantes au déroulement de la campagne 2010 en précisant le rôle et les responsabilités de chacun. Elle a créé un cadre de concertation et d’échanges entre les différentes parties prenantes de la pulvérisation intra-domiciliaire.

Les débats ont porté sur le problème de la gestion des sachets « d’icon » (un insecticide très rémanent utilisé contre les anophèles), l’implication d’acteurs comme les chefs de postes médicaux (CPM), les maires et les présidents d’Asaco du début à la fin du processus. La prise en charge des opérateurs (agents pulvérisateurs) et des superviseurs a aussi constitué un point de discussion. Il se dégage des explications que l’innovation majeure de la campagne de cette année réside dans le recrutement des opérateurs. Cette tâche a été confiée aux chefs de postes médicaux, associations de santé communautaire et mairies. Les agents pulvérisateurs doivent être recrutés selon des critères d’alphabétisation et d’âge. Mais il a été recommandé de reconduire les opérateurs expérimentés ayant participé aux deux premières campagnes. La traçabilité des sachets est une exigence.

Toutes les mesures doivent être prises pour sécuriser ces sachets. Le coordinateur de RTI a précisé que son organisation serait plus regardante sur cette traçabilité. Élie Bankineza a invité les différents acteurs impliqués dans le processus à veiller à n’enregistrer aucune de pertes de sachets. Rappelons qu’au cours des campagnes antérieures notamment celles de 2008 et 2009, Koulikoro a respectivement égaré 1 et 10 sachets. De l’avis d’experts de la question, ces pertes auraient pu occasionner l’arrêt des opérations de pulvérisation. Les pertes de sachets suscitent l’indignation des différents acteurs. Les informations générales fournies par le centre de santé de référence établissent que les responsabilités dans la perte des sachets sont bien situées. Celles-ci ont été enregistrées dans la commune rurale de Tougouni et une action en justice a même été engagée contre les "présumés coupables".

L’exclusion des femmes des opérations a été proposée par certains. Mais ce point de vue a été rejeté par la grande majorité des acteurs. À ce propos, le chef de la division communication et mobilisation sociale du PNLP a relevé la nécessité d’accorder à tout le monde les mêmes chances. Il ne devrait donc pas avoir de discrimination selon le sexe, a estimé Mory Camara. La réussite de la campagne de pulvérisation passe par l’implication effective des leaders communautaires. À cet effet, Elie Bankineza a rappelé que les Asaco ont une grande responsabilité dans la sensibilisation pour que les populations adhèrent à l’initiative. Durant la rencontre, une communication a été faite sur la situation épidémiologique du paludisme dans le cercle de Koulikoro de 2005 à 2009. À titre d’exemple en 2005, le cercle a enregistré 18 323 cas de paludisme avec 44 décès contre 21 070 cas avec 33 décès en 2009. Précision importante : ce sont les enfants âgés de moins d’un an qui sont les plus affectés par la maladie.

par Bréhima Doumbia

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !