Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Santé infantile : ces gestes simples qui sauvent - 16/03/2010 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Faciles à adopter par les familles et les communautés, ils peuvent sauver des milliers d’enfants. La campagne nationale multimédia sur la santé des enfants a été lancée vendredi au Centre international de conférences de Bamako. Elle a pour thème : "Pour la santé de nos enfants, adoptons les gestes qui sauvent". La cérémonie était présidée par le ministre de la Santé, Oumar Ibrahima Touré, qui avait à ses côtés son homologue de la Communication et de Nouvelles technologies, Mme Diarra Mariam Flantié Diallo, et le représentant de l’UNICEF, Marcel Rudasingwa.

Le Dr. Samaké Raki Bah a relevé qu’au Mali, 307 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour, soit 12 enfants par heure et 1 enfant toutes les 5 minutes. Les causes principales de ces décès sont les infections néonatales (26%), la pneumonie (24%), le paludisme (17%) et la diarrhée (22%), a-t-elle indiqué. La malnutrition est associée à la moitié de ces décès et environ 8 décès sur 10 surviennent au sein des ménages, a ajouté le Dr. Samaké Raki Bah. Selon la spécialiste, les indicateurs relatifs au nouveau-né et au jeune enfant restent préoccupants. L’état nutritionnel des enfants maliens, par exemple, reste largement au dessous des seuils d’alerte avec un enfant sur 3 ayant un poids inférieur au poids normal pour son âge et 4 enfants sur 5 souffrant d’anémie.

Ces lacunes affectent lourdement les capacités d’apprentissage des enfants scolarisés et leur productivité en tant que futur citoyen. Le Dr. Samaké Raki Bah estime que notre pays devra doubler ses efforts s’il veut atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. Pourtant, les interventions à moindre coût et haut impact qui permettent de préserver la vie des nouveaux nés et des enfants sont aujourd’hui connues et documentées, a-t-elle noté. Pour le ministre de la Santé la survie des enfants dépendrait chez nous en grande partie de la promotion et de l’adoption des « gestes qui sauvent », autrement dit « des pratiques familiales essentielles au sein des ménages ». Oumar Ibrahim Touré précise que la présente campagne sera focalisée sur 4 pratiques familiales clés qui sont des gestes simples, faciles à adopter par les familles et les communautés et qui peuvent sauver des milliers de vies d’enfants. Il s’agit d’allaiter le bébé dans la demi-heure qui suit la naissance, exclusivement au sein maternel jusqu’à 6 mois et de manière optimale jusqu’à 24 mois ; de dormir sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide ; de se laver les mains au savon aux moments critiques et enfin de donner de la solution réhydratation orale et zinc en cas de diarrhée.

Le ministre Touré prévoit que les messages développés vont apporter le changement nécessaire dans le comportement de chacune et de chacun de nous, en faveur de la survie de nos enfants. La campagne va s’étendre à l’ensemble des chefs-lieux de région et de cercle, et « descendre » jusque dans certaines communes. Une année durant, les populations vont suivre à la radio et à la télévision des messages relatifs aux gestes qui sauvent. Elles bénéficieront également d’une distribution massive de supports de communication. Cette campagne qui coûtera 300 millions de Fcfa, va toucher au moins 1,5 million de ménages.

Le représentant de l’UNICEF a rappelé que depuis de nombreuses années, son organisme appuie les stratégies nationales pour la survie de l’enfant menée par le ministère de la Santé en particulier et d’autres ministères sectoriels en général. Marcel K. Rudasingwa juge à ce propos que la campagne "les gestes qui sauvent" constitue un apport et une innovation. De nouveaux acteurs entrent en jeu, tels le ministère de la Communication et des Nouvelles technologies et le secteur privé de la communication. La combinaison des talents des uns et des autres est nécessaire car la campagne est ambitieuse, a-t-il indiqué. Le Dr Samaké Raki Bah a expliqué que la campagne s’adresse en premier ligne aux mères mais également aux grand-mères. Elle va également concerner les grands-pères, pères, tradipraticiens, marabouts, prestataires de santé etc. La cérémonie a pris fin par la remise d’un kit de supports de communication par le ministre de la Santé à son homologue de la Communication et de Nouvelles technologies.

par Djouma Diabaté

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !