Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la tuberculose : l’innovation pour en finir plus vite - 08/06/2010 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Pour accélérer le processus d’élimination de la maladie qui connaît une résurgence liée au Vih/Sida, il faut engager des stratégies d’intervention efficaces. Le 24 mars est la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose. Il consacre l’anniversaire de la découverte en 1882 du mycobacterium tuberculosis (bacille de Koch, responsable de la maladie) par le microbiologiste allemand Robert Koch. La célébration de l’événement, différée dans notre pays par des contraintes de calendrier, a eu lieu le week-end dernier au Centre international des conférences de Bamako.

La cérémonie d’ouverture, présidée par le secrétaire général du ministère de la Santé, Ousmane Touré, s’est déroulée en présence du représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Ndoutabé Modjirom, du président du Comité antituberculeux et de lutte contre les maladies respiratoires (CAMM), le Pr Isack Mamby Touré. Étaient aussi présents la coordinatrice du Programme national de lutte contre la tuberculose (PNLT), le Dr Diallo Alima Naco, le premier adjoint au maire de la Commune III, Boubacar Semega, et des invités. La tuberculose, considérée comme un drame social à une certaine époque, connaît aujourd’hui une résurgence liée au Vih/Sida avec lequel, elle forme un redoutable duo meurtrier. Il faut donc agir pour accélérer le processus d’élimination de la maladie, à défaut, atténuer ses graves conséquences. Pour ce faire il nous faut innover dans la mise en œuvre de stratégies d’interventions efficaces dans notre pays. Le thème de cette année, "Innovation" avec comme slogan "en route contre la tuberculose : innovons pour agir plus vite", répond à ce souci. La tuberculose, déclarée il y a encore quelques années par l’OMS « urgence mondiale », demeure un problème de santé publique à l’échelle planétaire. Les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé font ainsi état de 9,27 millions de cas de tuberculose l’année dernière. Les pays en développement, notamment ceux du continent africain, sont les plus touchés par le phénomène.

Le Mali avec 6 840 cas de tuberculose notifiés, toutes formes confondues, dont 5 163 cas de tuberculose pulmonaire très contagieux, figure sur ce tableau épidémiologique en dépit de gros efforts accomplis pour en assurer la prise en charge. La tuberculose reste ainsi une maladie sociale chez nous, c’est-à-dire que ceux qui en souffrent bénéficient de la gratuité du traitement. A ce propos, le secrétaire général du ministère de la Santé, a expliqué qu’en 2009, les services de traitements sous observation directe (DOTS) ont été régulièrement disponibles dans 800 centres de santé communautaires (Cscom) et l’accès au diagnostic a été élargi à travers tout le transport des échantillons de crachats.

Ousmane Touré a rappelé également que de nouveaux laboratoires de microscopie ont été ouverts et ont été constamment fonctionnels. De même des techniciens de laboratoire bien formés et régulièrement suivis et contrôlés sont disponibles à travers tout le pays. Auparavant, Ndoutabé Modjirom de l’OMS a relevé que malgré l’existence d’un arsenal de prévention et de traitement, 22% de tous les cas notifiés, chaque année sont enregistrés dans région africaine qui n’abrite pourtant que 12% de la population mondiale. La tuberculose continue de préoccuper le monde. Il faut donc intégrer les efforts de lutte dans une vision globale de prévention et de prise en charge, agir pour briser la chaîne de transmission du bacille de Koch. Ce combat requiert la participation de tous les acteurs notamment ceux du comité antituberculeux. Pour le Pr Isack Mamby Touré, la commémoration de la journée est justement destinée à attirer l’attention du monde sur les ravages de la tuberculose dans le monde en terme de décès, de souffrances humaines et d’impact économique chez les moins nantis. Le PNLT est, de son point de vue, un exemple de réussite, un programme très performant. Rappelons qu’aujourd’hui des atouts importants existent pour vaincre la tuberculose : la disponibilité de traitements efficaces, de moyens de diagnostic mais aussi les avancées de la recherche en terme de vaccin. Un prestigieux scientifique, le Pr Stewart Cole, a décodé le génome du mycobacterium tuberculosis et établi sa cartographie. Ce qui constitue, selon des spécialistes, une base solide pour la mise au point d’un vaccin antituberculeux.

par Bréhima Doumbia

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !