Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Contribution sur la santé au Mali : oui, de grands progrès ont été accomplis - 08/10/2010 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« Si tu n’as pas vu, demande aux gens qui ont vu. Si tu ne connais pas, demande aux gens qui connaissent, contacte les gens qui ont vécu à cette époque ». Privilège de l’âge, le Dr. Koc Halil peut s’autoriser à ne pas mâcher ses mots. Témoin privilégié de l’évolution de notre pays en matière d’infrastructures sanitaires, particulièrement dans la Région de Mopti, le médecin est arrivé dans notre pays au lendemain de l’indépendance et a vécu les éprouvantes réalités sanitaires de l’époque. Il a tenu à répondre aux personnes qui, de son point de vue, manient la critique facile et ignorent les progrès accomplis depuis ces temps héroïques. Suivez son témoignage : « J’ai été envoyé au Mali en 1963 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’autorité sanitaire de l’époque m’a affecté à Mopti. J’ai atterri dans une antenne médicale (A.M.) délabrée, incapable de faire face aux demandes de la population. Le dispensaire construit en banco était inondé chaque fois qu’il pleuvait. La ville était privée d’électricité à partir de 22h souvent par manque de carburant ou à cause de pannes techniques. A l’époque, l’AM de Mopti employait des infirmières qui avaient subi une formation accélérée, un comptable, une matrone en la personne de Mme Doumbia, un major du nom de Belco Tamboura. Le Dr Sory Sissoko, formé en chirurgie non spécialisée, s’occupait de cet hôpital très délabré. Le manque de personnel et de médicaments, les incessantes coupures d’eau constituaient notre grande hantise pendant toute la journée. On remplissait les réserves de l’hôpital avec de l’eau du fleuve pompée à l’aide équipements vétustes. Cette eau était utilisée telle quelle car il n’y avait aucun contrôle hygiénique à l’hôpital. Pour les cas graves, notamment les accidents ou des patients atteints de tuberculose nécessitant l’utilisation de rayons X, nous étions obligés d’évacuer les malades à Ségou au cas où le véhicule de service était disponible (il n’y avait qu’un seul véhicule en activité).

Le trajet Ségou-Mopti nécessitait 6 ou 7 heures de temps, dans le meilleur des cas, c’est à dire quand le véhicule ne tombait pas en panne en cours de chemin. A l’époque pour trouver certains instruments indispensables pour les interventions, il fallait les faire venir nécessairement de Bamako. Ces instruments arrivaient parfois un mois ou plus après que la commande ait été lancée. Je me rappelle le cas d’un enfant qui devait subir une intervention chirurgicale suite à une occlusion intestinale. Il fallait une intervention immédiate à l’hôpital de Mopti et les agents étaient obligés d’utiliser du matériel inadapté dans des conditions extrêmement dérisoires. A l’époque pour évacuer les malades très graves, il n’ y avait que deux avions russes de marque « Iliouchine » qui se déplaçaient sans programme et il était difficile d’avoir une réquisition du gouvernement à cause des difficultés financières. Parfois la nuit, il fallait évacuer les malades soit en voiture soit en charrette ou traverser le fleuve par pirogue pour les patients venant des villages. Une femme est décédée à la suite d’hémorragie après son accouchement dans une pirogue. Je me souviens aussi de beaucoup de mésaventures que j’ai vécues à l’époque.

Par exemple lorsque la ville de Mopti a été frappée par une épidémie de bilharziose provoquée par l’eau du fleuve, j’ai été obligé de demander avec urgence une quantité importante d’Antiomaline injectable au bureau OMS de Brazzaville pour éviter que la situation ne s’aggrave. Il serait fastidieux de raconter toutes les anecdotes que je détiens sur la manière dont on travaillait à l’époque. Aujourd’hui, je vous invite à faire un tour à Mopti. Vous y trouverez un hôpital moderne avec des services complets dotés d’instruments sophistiqués, où le programme de vaccination est régulièrement exécuté, une maternité desservie par deux sages femmes diplômées d’Etat, plusieurs infirmières, des ambulances gratuites, modernes et bien équipées. Mon ancien chauffeur, M. Maïga, encore en vie à Mopti et certains habitants de la région peuvent confirmer mes propos. Aujourd’hui, des infrastructures routières solides et modernes existent. Elles facilitent les évacuations d’urgence des malades graves des dispensaires de brousse à l’hôpital régional de Mopti. Cet établissement possède plusieurs locaux affectés à chaque spécialité sanitaire. A notre époque, il y avait beaucoup d’accidents de travail dans le secteur public et privé. La sécurité sociale n’existait pas et le plus souvent aucune indemnité n’était versée aux travailleurs blessés. Certains blessés graves, de peur d’être licenciés, se gardaient de signaler l’accident de travail dont ils avaient été victimes. Les progrès intervenus dans le monde du travail sont remarquables actuellement. Les travailleurs tant du secteur privé que du public sont assurés et les accidents de travail sont constatés et indemnisés. Certains établissements, vu la propagation de certaines maladies ont pris l’initiative de vacciner l’ensemble de leur personnel. Le travail que nous faisons étant toujours perfectible, les critiques positives sont les bienvenues car elles soulignent les lacunes et les fautes pour aider à les corriger et à progresser. Les jugements hâtifs et injustes ne servent, eux, qu’à blesser inutilement ».

Dr. Koc Halil Bamako

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !