Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le paludisme : l’alternative PID - 05/07/2011 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Elle consiste à asperger les murs de l’intérieur des maisons pour éviter que les moustiques ne s’y posent. La pulvérisation intra-domiciliaire (PID) qui reste une stratégie de lutte anti-vectorielle, s’inscrit dans l’initiative du président américain pour la lutte contre le paludisme. Une initiative qui accompagne des pays en développement notamment ceux du continent africain, en la matière. Elle a été initiée dans notre pays en 2008, en plus des autres stratégies de lutte contre le paludisme, pour circonscrire le fléau qui continue de préoccuper les pays du continent africain. La charge de morbidité et de mortalité liée au phénomène reste encore très élevée chez les enfants.

Ceux-ci continuent de payer le plus lourd tribut. Selon les statistiques, 1/3 des décès en Afrique sont liés au paludisme et 76 % de ces décès surviennent chez les enfants de moins de 5 ans. Notre pays, où le paludisme demeure un réel problème de santé publique, n’est pas en marge de ce sinistre tableau épidémiologique. Mais il a multiplié les initiatives et les actions pour atténuer l’impact de la maladie, à défaut de pouvoir la circonscrire. À cet effet, des efforts ont été faits à travers des stratégies en termes de prévention notamment l’utilisation des moustiquaires imprégnées, la prise en charge des cas, concrétisée par ¬la gratuité de la combinaison thérapeutique à base d’artémisinine (CTA), pour les enfants de 0 à 5 ans et la sulfadoxine péryméthamine (SP) pour les femmes enceintes. Les deux doses de SP administrées aux femmes enceintes entre le 4è et 8è mois de grossesse permettent de les préserver du paludisme. Il y a aussi la lutte antivectorielle. C’est là qu’intervient RTI (l’organisation en charge de la mise en œuvre de la PID) qui a commencé en 2008 pour une phase pilote de trois ans. Cette étape a concerné deux districts sanitaires notamment Bla et Koulokoro. Il convient de le souligner. La mise en œuvre de la PID a été faite avec l’implication des services de certains départements ministériels de la Santé, de l’Environnement et de l’Assainissement et du Développement social, de la Solidarité et des Personnes âgées. Pas une fatalité. La PID qui continue d’administrer la preuve de son utilité est en train d’être portée à échelle. Cette année, sur financement de PMI encore, l’opération s’est étendue au cercle de Barouéli où des équipes de pulvérisation passeront dans les concessions pour détruire les sites de reproduction des moustiques. Il s’agira d’asperger les murs de l’intérieur des maisons pour éviter que les moustiques ne s’y posent. Pour ce travail, de fortes équipes opérateurs, c’est-à-dire des agents de pulvérisation seront mobilisées pour la cause.

Quelle que soit son ampleur, le paludisme n’est pas une fatalité. RTI est un des premiers à s’en convaincre. Élie Bankinéza coordinateur de RTI explique les progrès accomplis dans le domaine. « On a beaucoup évolué par rapport à l’IEC (Information, éducation et communication) parce qu’on avait une consultante qui a travaillé avec les relais. Mais depuis qu’on implique les services du développement social, il y a eu un plus dans la mobilisation sociale en faveur de la campagne de pulvérisation », dit-il. Élie Bankineza a également apprécié la contribution de qualité des services des départements de la Santé et de l’Environnement. À ce niveau, au-delà du Programme national de lutte contre le paludisme (PLNP) qui reste un acteur clé du processus, les directions régionales de la santé, les centres de santé de référence (CSREF) et des services de l’environnement ont été largement impliqués et se sont appropriés de la PID. Pour la mise en œuvre de la stratégie de pulvérisation, RTI qui s’inscrit dans une dynamique de complémentarité a envoyé deux agents en formation à Madagascar. Ceux-ci ont apporté un plus à la formation des formateurs. La lutte contre le paludisme est menée dans une vision globale. Au-delà de l’accès à des soins de qualité, les efforts doivent tendre un peu plus maintenant vers la prévention. Les différents partenaires techniques et financiers, dans la lutte contre le paludisme, ont bien accueilli cette approche et l’appuient. Ainsi, pour la campagne de pulvérisation intra-domiciliaire (PID) de cette année, les efforts ont été plus focalisés sur Barouéli qui est novice en la matière. Les cercles de Bla et Koulikoro sont également concernés mais pour eux, la campagne est devenue de la routine. La PID a démarré le 6 juin dernier à Barouéli et dans les autres districts sanitaires concernés pour environ 2 mois. Élie Bankineza rappelle que les difficultés enregistrées à Barouéli sont liées au démarrage. Mais il note au chapitre des satisfactions, l’adhésion sans failles des autorités locales qui descendent parfois dans l’arène pour aplanir les difficultés. Notre interlocuteur apprécie de façon générale, la campagne et les résultats obtenus pendant la phase-pilote. Les gens apprécient ce qui se fait mais nous devons poursuivre la sensibilisation de la population. Élie Bankineza est on ne peut plus clair sur la complémentaire de la PID avec les autres stratégies de lutte contre le paludisme. Les familles reconnaissent une baisse des frais liés à la prise en charge du paludisme, mais ceci est à mettre dans la complémentarité des stratégies même si la PID fait la preuve par la qualité.

Bréhima Doumbia

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !