Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Journée mondiale le lutte contre la drépanocytose : prévention et aussi accès à des soins spécifiques - 19/06/2012 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le 19 juin consacre la Journée mondiale de lutte contre la drépanocytose, maladie génétique héréditaire la plus répandue dans la région Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette maladie a été reconnue comme priorité de santé publique par l’Union africaine (UE) et l’Unesco en 2005, par l’OMS en 2006 et l’ONU en 2008.

Depuis, la Journée été instituée.A l’instar de la communauté internationale, notre pays l’a célébrée mardi par une cérémonie organisée par le Centre de recherche et de lutte contre la drépanocytose (CRLD) dans ses locaux, en collaboration avec l’Association malienne de lutte contre la drépanocytose (AMLUD). Présidée par le ministre de la Santé, Soumana Makadji, la célébration a réuni la représentante de l’OMS, le Dr Diallo Fatoumata Binta Tidiane, le directeur général du CRLD, le Pr Dapa Ali Diallo, le président de l’AMALUD, Diadié Koureissi, le consul honoraire de la Principauté de Monaco au Mali, Mossadek Bally et de nombreux invités. Le thème de la Journée, "lutter contre la drépanocytose, c’est dépister tôt la maladie et faire la prévention. Les centres de référence en sont des outils efficaces", est un appel à la prévention contre la drépanocytose.

Cette redoutable pathologie requiert une plus forte mobilisation de l’État, des partenaires et de la société civile en vue de réduire son incidence. Il est, par conséquent, urgent de faire un effort de communication sur la drépanocytose pour amener la communauté à mieux cerner les enjeux réels de la maladie qui reste un réel problème de santé publique. A ce propos, le ministre de la Santé a expliqué combien cette maladie héréditaire était un problème de santé publique de par sa morbidité, sa mortalité et son impact socio-économique. Soumana Makadji a relevé que l’engagement de l’État dans la lutte contre cette maladie s’est concrétisé par l’élaboration d’un plan stratégique et la construction du CRLD avec comme objectif essentiel, l’amélioration de la survie et du confort du drépanocytaire. Dans la lutte contre la drépanocytose, les efforts doivent tendre vers la prévention mais aussi vers l’amélioration de l’accès des drépanocytaires à des soins spécifiques. Dans une communication sur la maladie et le CRLD, le Pr Dapa Ali Diallo a décrit le tableau épidémiologique de la maladie, notamment sa prévalence dans notre pays qui enregistre environ 5000 à 6000 naissances drépanocytaires, selon une enquête réalisée en 2007. Le directeur général du CRLD a également expliqué que son centre mène des activités de médecine préventive (consultations programmées ou non). Dans ce cadre, le suivi des malades drépanocytaires est assuré sur la base d’un forfait de 36 080 à 78 720 Fcfa par an.

Et le malade est consulté une fois par trimestre. Dapa Ali Diallo a rappelé l’histoire de cette maladie qui débute par une anémie sur laquelle se greffe des complications majeures. C’est une maladie de la douleur et de la souffrance, souligne-t-il. Le président de l’AMLUD et la représentante du Lions Club Caïlcédrat, Mme Rokia Bah, ont rappelé les multiples efforts accomplis dans la lutte contre la maladie et l’engagement de leurs organisations à servir la bonne cause. Il faut préciser que le CRLD a été inauguré en 2010 par le président Amadou Toumani Touré. Depuis, il fournit la preuve de son utilité et de son efficacité dans la prise en charge des malades drépanocytaires au Mali. A la fin de la cérémonie, le ministre de la Santé a visité le centre, un établissement public à caractère scientifique et technologique, qui fait autorité, en matière de prise en charge de la pathologie. Des pays de la région ouest-africaine y réfèrent des malades.

par Bréhima Doumbia

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !