Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

IOTA : le défi de l’amélioration des ressources humaines - 11/07/2013 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les efforts de formation de spécialistes en ophtalmologie doivent se poursuivre pour atteindre véritablement les ratios fixés par l’Organisation mondiale de la santé. Ils étaient 14 administrateurs de l’Institut d’ophtalmologie d’Afrique tropicale (IOTA) à statuer sur les dossiers soumis à l’approbation de la 4è session extraordinaire du conseil d’administration de l’institut.

La session était présidée par le président du conseil d’administration, le médecin colonel Antoine Nientao, en présence du directeur général sortant de l’établissement le Pr Abdoulaye Diallo et du nouveau directeur général, Dr Mamadou Sory Dembélé.

Les administrateurs ont examiné et amendé le projet d’établissement 2014-2018 de l’IOTA, les manuels de procédures administratives, financières, comptables et techniques avant de se prononcer sur le règlement intérieur de l’établissement. Globalement, ils ont bien apprécié la qualité des différents documents proposés à l’ordre du jour de cette session extraordinaire.

L’IOTA est un centre hospitalo-universitaire (CHU) qui fait autorité dans notre sous-région. A ce titre, il a été choisi en avril dernier à Ouagadougou comme centre d’excellence de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) dans le traitement des décollements de rétine. Mêmes ceux qui ne donnaient pas longtemps à vivre à l’IOTA, après sa rétrocession à notre pays en 2001, lui tressent aujourd’hui des lauriers. Les plus pessimistes d’entre eux ont fini par être convaincus des capacités réelles de la structure, en termes de formation, de recherche et de soins cliniques dans le domaine de l’ophtalmologie. Au delà de ses performances techniques l’IOTA demeure un vivier pour la formation des ophtalmologues africains.

Le projet d’établissement 2014-2018 de l’établissement mobilisera pour une période de 5 ans, un peu plus de 9,4 milliards de Fcfa. C’est un projet quinquennal qui planifie les objectifs à atteindre et les moyens à mobiliser pour ladite période.

Les manuels de procédures administratives, financières, comptables et techniques, destinés à une amélioration de la gestion globale et le règlement intérieur de l’IOTA ont été aussi examinés par les administrateurs.

Pour le directeur général sortant de l’IOTA, le projet d’établissement est un projet global chiffré qui s’appuie sur une planification de budget programme. C’est également un projet qui affiche clairement une politique de développement dont le dynamisme se caractérise par une augmentation des activités cliniques 15% en fin du projet et aussi par une diversification des pathologies, une politique de formation et de recherche en collaboration avec les partenaires techniques et financiers de l’institut.

Le Pr Abdoulaye Diallo a aussi rappelé que les contraintes budgétaires n’ont pas été ignorées mais l’analyse réaliste des menaces qui pèsent sur l’établissement, font de ce projet un plan stratégique en ce qui concerne les orientations de financement. Il a surtout précisé que le projet d’établissement est un contrat d’objectif et de moyens vis-à-vis du ministère chargé de la santé. Il demande par conséquent une auto-évaluation annuelle, une évaluation extérieure à mi-parcours et en fin de projet et une mobilisation à temps des ressources. Le Pr Abdoulaye Diallo a félicité son successeur pour la confiance placée en lui avant de faire un survol de sa riche carrière d’ophtalmologue puisqu’il doit faire valoir ses droits à la retraite cette année.

Pour le directeur général rentrant, les aînés peuvent compter sur lui pour rester sur leurs traces. Il a rappelé que l’amélioration des ressources humaines est un défi de génération, mais que le directeur sortant a apporté sa pierre à l’édifice.

Le président du conseil a désiré avoir aussi de bonnes relations avec la nouvelle direction de l’IOTA avant de faire des bénédictions pour la paix, la quiétude dans ce pays. Antoine Nientao a souhaité aussi que les prochaines joutes électorales dans notre pays se passent dans les meilleures conditions.

L’IOTA dispose aujourd’hui de 11 médecins ophtalmologistes seniors dont 2 professeurs et 5 maîtres assistants. Les efforts de formation de spécialistes en ophtalmologie doivent se poursuivre pour atteindre véritablement les ratios fixés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ces ratios sont d’un ophtalmologiste pour 250 000 habitants.

B. DOUMBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !