Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Conseil national de l’Ordre des médecins : focus sur des maladies non transmissibles - 18/09/2013 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La formation fait partie du credo du Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) organisateur, durant le week-end, d’un symposium thématique au CICB. La cérémonie d’ouverture présidée par Dr Mamadou Namory Traoré, conseiller technique au ministère de la Santé, s’est déroulée en présence du président du CNOM, le Dr Lassana Fofana, du président du Comité d’organisation du symposium, le Dr Sidy Ibrahima Daffé. On y notait aussi la présence de représentants des partenaires techniques et financiers et de sommités de la médecine dans notre pays.

Ce symposium thématique du CNOM a porté sur la crise drépanocytaire, le cancer de l’estomac et la maladie mentale chez l’Africain. Ces pathologies représentent de réels problèmes de santé publique dans notre pays. Les aspects pathogéniques, symptomatiques et la prise en charge ont été développés au cours des différents panels, par des experts.

Par l’organisation de ce symposium thématique, le CNOM réaffirme son attachement à la promotion des ressources humaines en santé, à travers la formation des médecins, a souligné le Dr Mamadou Namory Traoré. Pour lui, c’est une responsabilité qui nous interpelle tous.

Il faut rappeler que les pathologies au cœur de ce symposium thématique intègrent les maladies non transmissibles. A cet effet, Mamadou Namory Traoré a précisé que les différentes résolutions et déclarations au niveau régional et international ont mis l’accent sur la nécessité d’accorder plus d’importance aux maladies non transmissibles dans les politiques et programmes de santé. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces maladies sont, en effet, les premières causes de décès dans le monde, mais surtout dans les pays développés, a relevé le conseiller technique.

Le Dr Mamadou Namory Traoré a salué la contribution de l’Ordre des médecins dans la gestion de la crise dans le Septentrion malien grâce à ses missions sanitaires dans cette partie du pays afin de soulager la souffrance de nos compatriotes qui vivaient sous occupation.

Le président du CNOM a rappelé les missions de défense de l’éthique et de la déontologie médicale, mais aussi de service public. Pour Lassana Fofana, son organisation a aussi dans ses prérogatives, la valorisation des ressources humaines. Et le président de l’Ordre des médecins de préciser que cet enseignement post-universitaire, organisé avec les sociétés savantes et les acteurs du pôle pharmaceutique, s’inscrit dans cette perspective.

Auparavant, le président du comité d’organisation du symposium avait souligné que la médecine offre un mélange de rigueur, de nuances, de doutes de règles générales, d’exceptions à la règle, de théories et de soumissions aux faits. Malgré l’incertitude, il nous faut opérer des choix, prendre des décisions après avoir pesé le pour et le contre.

Il faut rappeler que les maladies concernées par ce symposium thématique restent des préoccupations de santé publique à l’échelle planétaire. La drépanocytose est une maladie héréditaire qui affecte 5000 à 6000 naissances par an dans notre pays. Selon les spécialistes, la crise drépanocytaire peut évoluer vers des complications comme la crise vaso-occlusive, caractérisée par une douleur brutale et l’accident vasculaire cérébral (AVC), entre autres. Redoutable, le cancer de l’estomac est le 2è cancer chez l’homme après celui du foie.

Quant à la maladie mentale, elle a peut avoir des conséquences sociales dramatiques. Il faut rappeler que dans le contexte africain, une croyance ancienne mais tenace soutient qu’on ne guérit pas de la maladie mentale. Les psychiatres battent en brèche cette thèse et rappellent qu’une prise en charge correcte et un accompagnement social permettent de stabiliser le malade dans certains cas.

B. DOUMBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !