Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Grève des internes : Chacun campe sur ses positions - 24/04/2007 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les faisant fonction d'interne dans les centres hospitalo-universitaires (CHU) et les centres de santé de référence observent depuis hier une grève de 48 heures qui s'achève aujourd'hui. Le mot d'ordre a été largement suivi le premier jour. Avec cet arrêt de travail, les internes soutiennent leur revendication d'augmenter leurs indemnités et de bénéficier de meilleures conditions de travail. Depuis quelques mois, ils sont à couteaux tirés avec les responsables des CHU.

A l'hôpital du Point G, en médecine interne, il y avait certes moins de blouses blanches dans les différents services, mais ceux-ci ont fonctionné normalement. Car les consultations générales ou spécialisées, les analyses et autres examens radiographiques ont été assurés. La direction de l'hôpital minimise l'impact du mouvement sur le fonctionnement des services.

Le président de la coordination nationale des internes, Chaka Keïta, estime pour sa part que l'absence des internes occasionne un grand vide dans les services hospitaliers. Si les négociations n'ont pu aboutir, que c'est parce que le ministère de la Santé et l'administration hospitalière sont restés sur leur proposition de 5 millions de Fcfa, juge-t-il (voir l'Essor du 20 avril).

La coordination nationale des internes qui n'est pas satisfaite de cette proposition, consultera sa base avant de décider de la suite à donner au mouvement. "Je n'exclus aucune piste même pas celle de la violence. Il est possible que les Maliens revivent la même situation qu'en novembre dernier", a menacé le président de la coordination des internes. Rappelons que le mouvement avait basculé à cette époque dans des affrontements inhabituels dans les structures hospitalières.

Dans les hôpitaux Gabriel Touré et Point G, le dispositif de sécurité a été renforcé pour prévenir les débordements. Le médecin colonel Charles Fau, directeur de l'établissement, révèle que le commissariat a été averti pour éviter que la quiétude des malades et autres usagers de l'hôpital soit perturbée. "Les chefs de services ont été informés du mouvement. Charge à eux de faire fonctionner normalement les différents services. Ce qu'ils ont d'ailleurs fait normalement", se réjouit le directeur qui se dit ouvert aux négociations. Il rappelle, dans le même temps, l'insuffisance des ressources de son établissement pour faire face à certaines dépenses.

Chaka Keïta commente : "c'est rigolo de voir les policiers avec des matraques dans une structure de santé. Cela ne nous intimide pas car pour revendiquer nos droits, nous sommes prêts à tout. Mais nous estimons que cela n'est pas bon pour le moral des malades et autres usagers". Quant au concours d'internat, un autre point de discorde, les internes n'entendent pas le passer dans le désordre.

A Gabriel Touré, le directeur général adjoint, le Dr Youssouf Konaté, indique que les internes ont tenu tôt leur assemblée générale avant de débrayer pour 48 heures.
Il était prévu hier de poursuivre les négociations au niveau du département pour trouver un terrain d'entente entre les différentes parties.

B. DOUMBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !