Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Réduction de la mortalité maternelle et néonatale : Les sages femmes en première ligne - 02/07/2007 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Principales assistantes des femmes pendant la grossesse et pendant l'accouchement, elles sont incontournables dans le dispositif de santé maternelle. Les sages-femmes du pays se sont retrouvées à nouveau vendredi dernier à la faveur de la 10è édition de la journée qui leur est consacrée. La cérémonie était présidée par l'épouse du chef de l'État, Mme Touré Lobbo Traoré, et présidente de la Fondation pour l'Enfance. "Rôle de la sage-femme dans la réduction de la mortalité maternelle et néonatale", tel était le thème pertinent de cette journée qui a été célébrée au Centre international des conférences. La cérémonie s'est déroulée en présence du ministre de la Santé, Mme Maïga Zeïnab Mint Youba et de son homologue de la Promotion de la Femme, de l'Enfant et de la Famille, Mme Diallo M'Bodji Sène.

En ce siècle de progrès scientifiques et technologiques dans tous les domaines notamment en médecine, il est incompréhensible que des femmes meurent en donnant la vie. Cet avis est partagé par les sages-femmes dont la mission essentielle est d'assister les femmes pendant la grossesse et au moment de l'accouchement en vue de réduire les risques liés à la maternité.

Ainsi le thème de cette année rappelle la nécessaire et indispensable implication des sages-femmes dans la réduction de la mortalité maternelle et néonatale. Un phénomène qui interpelle tous au regard des chiffres disponibles à ce niveau.
Comme pour d'autres fléaux, l'Afrique serait le continent qui enregistre les taux les plus élevés en termes de décès de la mère et de l'enfant.

Chez nous, il y a par exemple 582 décès maternels sur 100 000 naissances vivantes. La plupart de ces femmes meurent des complications de la grossesse ou de l'accouchement. Pour éviter de telles situations, les autorités sanitaires, estiment qu'il y a une nécessité absolue de procéder à un redéploiement du personnel socio-sanitaire compétent en général et des sages-femmes en particulier, pour que les femmes puissent accéder à des soins de santé partout dans le pays.

Il faut dire que la problématique du redéploiement des sages-femmes dont 59% exercent à Bamako contre 2 à 5% dans les zones difficiles, constitue un vieux serpent de mer. Chaque année, les responsables sanitaires sont confrontés à d'énormes difficultés pour faire muter des sages-femmes en dehors de Bamako.
A ce propos la présidente de l'Association des sages-femmes, Mme Dicko Fatoumata Maïga, a réitéré l'engagement de son association au côté du département de la Santé à trouver des solutions à la répartition inégale des sages-femmes sur le territoire national. Elle a ensuite rappelé que la journée est une opportunité d'échanges d'expériences, avant de rendre hommage à Mme Touré Lobbo Traoré pour ses actions en faveur de la femme et de l'enfant et à Mme Maïga Zeïnab Mint Youba, également pour son engagement en faveur des femmes et des enfants.

L'épouse du chef de l'État, elle-même sage-femme de formation, a souligné l'importance de la sage-femme dans le dispositif de soins maternels. "La présence d'une sage-femme permet de satisfaire les besoins en planification familiale, mais aussi d'assurer les consultations prénatales au cours desquelles, une véritable complicité peut et doit s'établir entre la femme enceinte et la sage-femme", a-t-elle indiqué. Mme Touré Lobbo Traoré dont l'engagement dans la réduction de la mortalité maternelle et néonatale est connu a, par ailleurs, souligné que les succès remportés sont les témoignages éloquents de la conjonction d'efforts, d'une collaboration étroite et d'un partenariat efficace.

La situation de la mortalité maternelle et infantile dans notre pays reste préoccupante. Elle nécessite une mise en synergie des efforts déployés pour sauver la parturiente et le bébé. A ce niveau, il y a eu des actions concrètes et d'envergure comme la gratuité de la césarienne et le repositionnement de la planification familiale.

Le ministre de la santé a fait observer que la situation de la mortalité maternelle et infantile, interpelle tous : décideurs, responsables administratifs et politiques, société civile, personnel socio-sanitaire, partenaires au développement. "Nous devons répondre par une planification indispensable qui équilibre volonté et actions. Nous devons fédérer nos efforts pour réussir l'objectif de la maternité avec le minimum de risque possible", a indiqué Mme Maïga Zéïnab Mint Youba.
Au cours de cette journée, des thématiques dont certaines liées au SIDA et à l'hémorragie post-partum ont été aussi débattues.

B. DOUMBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !