Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Deux centres très attendus - 16/03/2009 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le centre de santé "Ançar-din", créé par le célèbre prêcheur, Ousmane Chérif Madani Haïdara, ouvrira ses portes la semaine prochaine au quartier de Banconi Djanguinébougou. En prélude à l’événement, le ministre de la Santé, Oumar Ibrahima Touré, a visité les lieux mercredi dernier. Le centre de santé « Ançar-din » sera logé dans un imposant bâtiment de trois niveaux et soulagera certainement les habitants de ce secteur qui en ont véritablement besoin.

Les travaux de génie civil et l'équipement ont coûté plus de 515 millions de Fcfa. L'infrastructure compte 31 salles reparties entre les bureaux des médecins, le bloc opératoire, le laboratoire, les salles de consultation, d'échographie, d'accouchement et de fibroscopie. Le centre possède un dépôt pharmaceutique avec un stock de sécurité de médicaments en DCI.
Le centre n'est pas encore inauguré mais déjà, la semaine dernière, un personnel était sur place et prodiguait des soins aux fidèles musulmans venus célébrer la fête du Maouloud chez le prêcheur.

Certains équipements du centre sont installés. D’autres sont en voie d'acheminement. Le ministre de la Santé, a demandé aux services techniques du département, d'apporter leur expertise à l’installation des équipements.
Oumar Ibrahima Touré a expliqué que le système de santé en plus du public, prend en compte l'apport du privé et du confessionnel. Il est encourageant, a ajouté le ministre, de voir un leader religieux s'investir dans le domaine de la santé. « Nous allons travailler dans la complémentarité et la solidarité pour que les populations bénéficient de soins de qualité », a poursuivi Oumar Ibrahima Touré, avant de promettre que le département de la Santé fournira l'accompagnement nécessaire à la bonne marche de cette structure de sanitaire.

Le ministre s’est ensuite rendu sur le chantier du bâtiment qui va abriter le Centre de lutte contre la drépanocytose. Ce centre est situé sur la colline du Point G entre la mosquée et le centre des ambulanciers.
Ici, les travaux de génie civil sont quasiment terminés. Le centre a été financé par des partenaires à hauteur de 800 000 euros (plus de 426 millions Fcfa). Il est bâti sur 2000 mètres carrés par l’entreprise Métal Soudan. Le bâtiment a été conçu par un architecte français.

En plus des soins aux malades de la drépanocytose, le centre se donne une vocation de formation et de recherche.
La drépanocytose est une maladie génétique qui ne guérit pas mais se soigne. A ce propos, le directeur du centre, le Pr Dapa Diallo, a expliqué qu'avec un programme de diagnostic précoce, de soutien et de prise en charge, les enfants drépanocytaires ont de fortes chances de survivre et devenir des adultes.

La précision est importante car jusqu’ici, une croyance soutenait que les enfants drépanocytaires ne vivaient pas longtemps. Mais les derniers résultats de la recherche battent en brèche cette hypothèse et confirment la possibilité d’une durée de vie normale malgré la maladie.

Près de 12% de la population mondiale sont touchés par la drépanocytose.
Le centre emploiera une équipe pluridisciplinaire composée de pédiatres, de cliniciens et autres praticiens qui travailleront en collaboration avec des collègues français dont le Dr Alain Dori. Celui-ci a expliqué que le traitement de la drépanocytose doit répondre au principe de la maladie génétique. Il s’agit d’un traitement en 2 volets : la prévention des complications et leur prise en charge.

Il faut prévenir par la bonne information du public sur les mesures de prise en charge, le dépistage précoce ou néonatal, la prévention des infections par les vaccins et les antibiotiques. Le second volet repose sur le traitement des complications.
La transfusion sanguine est un autre un élément essentiel du traitement de la drépanocytose. Le centre disposera de moyens humains et matériels conséquents pour accomplir la transfusion chez les malades drépanocytaires. Il présentera également plusieurs boxes de consultations pédiatriques.

B. DOUMBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !