Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Le ministre de la Santé dans la région de Koulikoro : un long listing de besoins - 21/04/2009 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Oumar Ibrahima Touré a relevé le manque de personnel, d'équipements ou de médicaments que ne pouvait compenser beaucoup de bonne volonté.

Le ministre de la Santé, Oumar Ibrahima Touré, a poursuivi, la semaine dernière dans la région de Koulikoro, sa tournée de prise de contact avec le personnel socio-sanitaire. Il était accompagné du représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans notre pays, le Dr Diallo Fatoumata Binta Tidiane. Cette tournée est destinée à vérifier les conditions de travail du personnel socio sanitaire et mesurer les éventuelles difficultés de mise en œuvre du Programme de développement socio-sanitaire (Prodess) dans la région.

A Dioïla, Oumar Ibrahima Touré a inauguré le centre de santé communautaire (Cscom) de Kaladougou. Cette infrastructure qui a coûté 54 millions de Fcfa, facilitera l'accès aux soins des personnes défavorisées.
L'établissement propose, en effet, dans son dépôt pharmaceutique, des médicaments essentiels à des prix dérisoires. Le paracétamol, par exemple, coûte 4 Fcfa, un comprimé de cotrimoxazole est vendu à 8 francs pendant que le complexe vitaminique est cédé à 20 Fcfa l'unité.
Le taux d'accouchements assistés au niveau central est de 65%. Mais ces statistiques ne prennent pas en compte la réalité des 22 autres villages couverts par le Cscom de Kaladougou. Dans ces localités, les femmes mettent encore leur bébé au monde dans des conditions précaires. Le laboratoire du centre de santé de référence (Csref) de la localité, a un besoin pressant d'équipements pour pouvoir s’occuper des personnes vivant avec le VIH/Sida.

A Fana, le ministre a constaté que le Csref souffre d'un manque d'équipements et des problèmes récurrents d'électricité. Il possède bien des équipements de radiologie mais ceux-ci n’ont jamais été opérationnels. Pour pouvoir combler ces différentes lacunes, le ministre a demandé un audit aux services techniques.
Dans le district sanitaire de Oueléssébougou, le Cscom central abrite une antenne du centre de recherche sur le paludisme qui teste actuellement des vaccins contre la malaria. Le ministre a constaté les innombrables besoins du Csref de la même localité dont la rénovation est prévue cette année.

Oumar Ibrahima Touré s'est ensuite rendu à Kangaba pour y confirmer que le Csref sera rénové pour plus de 450 millions de Fcfa. Le Cscom central connaît de ruptures fréquentes de médicaments. Paradoxalement, ce sont les dons de médicaments de Médecins sans frontière (MSF) qui perturbent le respect par la structure du schéma directeur d'approvisionnement en médicaments essentiels. Le ministre a ensuite rallié Banamba où l'Association de santé communautaire de Banamba Ouest (ASACOBAO) avait été inaugurée en 2006 par l'épouse du président de la République, Mme Touré Lobbo Traoré, également marraine de l'établissement. Ce centre qui couvre 12 villages, a coûté plus de 70 millions de Fcfa entièrement financés par les habitants de Santiguila et Makadjila.
Au Csref de la localité, un château d'eau a été construit mais n'est connecté à aucune source d'eau. L'unité d'ophtalmologie tenue par un assistant médical fait appel à l'équipe régionale pour les interventions de la cataracte et du glaucome.

Le ministre de la Santé a également visité le Cscom de Touba et un centre de santé sur la colline de Touba. Ce dernier est financé par les populations elles mêmes et dispose d'un bloc opératoire et d'un laboratoire.
Oumar Ibrahima Touré a ensuite visité l'antenne du centre de recherche sur la malaria (MRTC) de Bancoumana. Le Pr Ogobara Doumbo et son équipe continuent d’aider le cscom et la prise en charge des pathologies qui touchent les enfants.

Dans les différents cercles, le ministre a discuté avec le personnel socio-sanitaire et les cadres. Les difficultés soulevées ont trait essentiellement à l'insuffisance du personnel et des équipements, l'exercice illégal de dépôts pharmaceutiques, le besoin d'ambulance dans certaines localités, le problème de Rac, la dotation initiale des Cscom en médicaments essentiels, la problématique de l'eau et de l'électricité.
Le ministre a demandé de fournir rapidement les dotations initiales des Cscom en médicaments et annoncé qu'une quarantaine de nouveaux fonctionnaires seront affectés à la région de Koulikoro pour être envoyés dans les zones prioritaires.
Il a remis des ambulances à certains CSREF au cours de sa tournée et promis d'en fournir à d'autres sur les dotations de 2009 du budget d'État.

B. DOUMBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !