Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Pneumonie : dévastatrice - 04/11/2009 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Chez les enfants de moins de cinq ans, la maladie tue plus que le sida, le paludisme et la rougeole réunis. Il existe désormais une Journée mondiale de lutte contre la pneumonie. Sa toute première édition a été célébrée lundi. Chez nous, la cérémonie marquant l’événement s’est déroulée au Centre national d'appui à la lutte contre la maladie (CNAM) sous la présidence du ministre de la Santé, Oumar Ibrahim Touré. Bien d’autres personnalités du monde de la santé étaient présentes, dont le directeur général du CNAM, Samba Sow, le directeur de l’ONG Save The Children, Thomas Mc Cormack, et le pédiatre Mamadou Marouf Keïta.

Chaque année, la pneumonie tue plus de 4 millions de personnes dans le monde notamment des enfants de 0 à 5 ans. Un enfant meurt ainsi toutes les 15 secondes du fait de cette maladie. Cette triste réalité a amené la communauté internationale à prendre conscience de la nécessité de se mobiliser contre cette redoutable maladie. Celle-ci est une inflammation des poumons provoquée soit par une bactérie, soit à par un virus ou encore par un champignon.
Au Mali, on retrouve deux agents pathogènes, l'hemophilus influenzæ (HIB) et le pneumocoque. Ceux-ci sont responsables de plus de 50% des cas de pneumonie chez les enfants de moins de 5 ans. La cause de la pathologie peut être aussi virale ou mycosique.

Le ministre de la Santé a souligné combien la pneumonie, considérée comme une maladie oubliée, est dévastatrice à travers le monde, particulièrement dans les pays en développement. Chaque année, il y a plus de 150 millions d'épisodes de pneumonie chez les enfants vivant dans ces pays dont plus de 11 millions ont besoin d'hospitalisation.
Oumar Ibrahim Touré a ensuite révélé que la pneumonie est le tueur numéro un des enfants de moins de 5 ans. Plus que le sida, le paludisme et la rougeole combinés.

Le directeur du CNAM, Samba Ousmane Sow a expliqué que le traitement de la pneumonie est simple et basé sur l'antibiothérapie. Mais un enfant sur cinq n’a pas accès à une antibiothérapie adéquate. Il existe des vaccins efficaces pour la prévention de la pneumonie. L'allaitement maternel constitue aussi un bon moyen de prévention.
Evoquant les différents aspects de la pneumonie, le patron du CNAM a évoqué la souffrance du malade, l'hospitalisation, le stress, l'aggravation de la pauvreté, les complications et le décès.

Avec le soutien des partenaires de l'université de Maryland aux Etats-Unis, le Mali a été retenu sur la liste des pays africains qui bénéficieront du vaccin contre le pneumocoque en 2010.

La Journée mondiale de lutte contre la pneumonie a été aussi marquée par une série de communications scientifiques sur la maladie par des chercheurs du Centre pour le développement des vaccins (CVD-Mali) qui relève du CNAM.
Ces communication ont porté sur l'incidence ou la charge des pneumonies au service de pédiatrie du centre hospitalo-universitaire Gabriel Touré, les études de cas sur le streptoccucus pneumonie, la gestion des cas de pneumonie, l'unité informatique du CVD et l'impact de la pneumonie.

Avant la cérémonie, le ministre de la Santé avait visité le centre. Celui-ci dispose d'un laboratoire de microbiologie moléculaire et de microbiologie clinique. Le laboratoire travaille sur des spécimens d'agents pathogènes et des projets multisectoriels. Le CVD a aussi un laboratoire d'immunologie pour le dépistage, le diagnostic des agents pathogènes et pour mesurer la réponse immunitaire des enfants vaccinés.

Au regard de son potentiel, CVD-Mali a été retenu comme site d'investigation dans la surveillance du rotavirus (un virus à l'origine de diarrhée chez les enfants).

B. DOUMBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !