Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Nouveaux services au Point G : toujours à la pointe des soins - Le nouveau service de maladies infectieuses a coûté plus de 360 millions de Fcfa. - 09/11/2009 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un nouveau service de maladies infectieuses, des unités de médecine interne et de néphrologie, un bloc de chirurgie cardiovasculaire à venir, l’hôpital fait de méritoires efforts pour répondre à l’évolution des besoins. Le centre hospitalo-universitaire du Point G a été jeudi le théâtre de deux évènements majeurs : l'inauguration du nouveau service des maladies infectieuses et la pose de la première pierre du bloc de chirurgie cardiovasculaire. Les deux cérémonies étaient présidées par le chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré.

Ces dernières années, notre pays a déployé de gros efforts en matière d’infrastructures sanitaires comme préconisé par le Projet pour le développement économique et social (PDES).

Le nouveau service de maladies infectieuses a coûté plus de 360 millions de Fcfa. Il dispose d'une capacité d'accueil de 36 lits et répond à l'exigence de qualité en terme de prise en charge des pathologies infectieuses. En plus des soins, le service se chargera de la formation des étudiants.

Quant au bloc de chirurgie cardiovasculaire dont la première pierre a été posée par le président Touré, il est constitué de quatre bâtiments à un niveau et abritera deux unités d'opération. Le plan architectural du bloc a été conçu par l'agence Architecture, urbanisme, expertise immobilière et décoration (URBADEX). Le style est inspiré de l'architecture néo-soudanaise et coloniale. Le bloc respecte le plan de développement de l'hôpital du Point G par une exploitation rationnelle de l'espace disponible. L’infrastructure coûtera 1,8 milliard de Fcfa.

Le président de la République a aussi visité les chantiers de construction des nouveaux services de médecine interne et de néphrologie hémodialyse. Le premier sera installé dans un immeuble de trois niveaux dont les travaux de génie civil progressent vite. Cette réalisation coûtera plus de 448 millions de Fcfa. Elle comprendra des unités de laroscopie, fibroscopie, diabétologie et coloscopie. Le nouveau service de médecine interne aura une capacité d'accueil de 65 lits contre 31 dans l'ancien service.

Le Mali est le seul pays d'Afrique francophone à avoir légiféré sur la transplantation rénale. Le Conseil des ministres a adopté récemment un projet de loi sur la transplantation d'organe notamment des reins. La construction du nouveau service de néphrologie s’inscrit dans cette démarche. Il nécessitera un investissement de 356 millions de Fcfa. Le service reposera sur une unité de transplantation rénale d'une capacité d'accueil de 20 lits et celle de dialyse (12 lits). Il apportera un soulagement certain dans la prise en charge des insuffisances rénales.
Avec ces nouvelles infrastructures, le vieux serviteur qu'est l'hôpital du Point G (il est centenaire) rajeunit et se modernise, a commenté le président Amadou Toumani Touré.
Evoquant la construction du bloc de chirurgie cardiovasculaire, il a rappelé le nombre de malades évacués, de ceux qui ont besoin d’être évacués mais qui n'ont pas les moyens de partir, pour souligner l’urgence de trouver une solution à ce problème et la pertinence de la création du bloc de chirurgie cardiovasculaire.

Toute aussi pertinente apparaît la création d'un service de maladies infectieuses, a jugé le ministre de la Santé, Oumar Ibrahima Touré, en rappelant l’apparition ces dernières années de la pandémie du sida, des fièvres Ébola et de la vallée du Rift et des affections comme la dengue.

Pour le ministre, la menace de ces pathologies associées à celles habituellement connues dans notre pays comme la méningite, le paludisme, le tétanos et la fièvre typhoïde, a posé la nécessité de créer et de développer un service de maladies infectieuses.
Le directeur de l'hôpital, Charles Fau, a estimé que le Point G a aujourd'hui de réels motifs de satisfaction. L’établissement entend exploiter au mieux les nouveaux atouts et opportunités qui lui sont offertes pour améliorer nettement la qualité des soins. De dispensaire militaire au début, le Point G crée en 1906 est devenu un centre hospitalier universitaire où travaillent plus de 650 agents dans l’esprit du service public hospitalier.

L’hôpital et les autres établissements publics hospitaliers ont bénéficié ces derniers temps d'une attention particulière de part de l'État. L’on peut dire que la balle est désormais dans le camp des praticiens qui doivent tirer partie des énormes investissements réalisés pour le plus grand profit des malades.

B. DOUMBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !