Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Paludisme : la lutte se réorganise à la base - 26/04/2010 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

C’est dans la région de Ségou que le fardeau du paludisme pèse le plus lourd aussi bien en nombre de cas que de décès liés à la maladie avec, en 2008, 237 836 cas et 338 décès. Le paludisme continue d’être d’être un problème de santé publique dans notre pays. Pour le circonscrire, à défaut de pouvoir l’éliminer définitivement, les pouvoirs publics ont, notamment, créé le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP). Ils ont ensuite engagé des stratégies efficaces de lutte contre le fléau. Lesquelles se déclinent dans la lutte antivectorielle, la prévention du paludisme chez les femmes enceintes, la prévention et la gestion des épidémies et la prise en charge des cas de paludisme.

Le projet "stratégie de prise en charge des cas de paludisme au niveau communautaire et des villages" intègre la prise en charge des cas de pathologie. Il a été lancé jeudi à Ségou par le ministre de la Santé, Oumar Ibrahima Touré, en présence de son homologue du Logement, des Affaires foncières et de l’Urbanisme, Mme Gakou Salimata Fofana. Étaient aussi présents, Steven Lutterbeck, le représentant de Population service international (PSI) et porte-parole des partenaires techniques et financiers, et Ouénegué Diarra, le directeur de cabinet du gouverneur de Ségou. Le projet "Stratégie de prise en charge des cas de paludisme aux niveaux communautaire et village » est destiné à accroitre l’accessibilité au niveau communautaire du traitement de première intention en matière de paludisme simple dans la tranche d’âge de 0 à 5 ans. Il s’agit de la combinaison thérapeutique à base d’artémisinine (CTA). Le projet entend assurer la prise en charge de plus de 650 000 cas de paludisme dans les villages par des agents de santé communautaire de la région. Il couvrira 184 centres de santé communautaire (Cscom), fonctionnels ou non, dans 2 324 villages.

Le paludisme a un impact réel sur l’économie des familles. Une étude réalisée en 2005 par l’Institut national de recherche en santé publique (INRSP), établit que chaque ménage dépensait en moyenne plus de 56 000 Fcfa par an du fait de paludisme, totalisant une perte de 72 milliards de Fcfa par an pour le Mali. Le ministre de la Santé a souligné qu’au Mali, le paludisme est responsable de 37,5 % des motifs de consultations mais aussi la première cause de décès chez les enfants de moins de 5 ans et d’anémie chez les femmes enceintes. Sur la base de ce constat, les pouvoirs publics ont pris des décisions salutaires. Oumar Ibrahima Touré a ainsi cité la gratuité des CTA et des moustiquaires imprégnées pour les enfants de 0 à 5 ans et les femmes enceintes. Il a aussi rappelé la nécessité d’étendre les interventions au-delà des Cscom pour une prise en charge correcte jusque dans les villages. Les partenaires rejoignent les pouvoirs publics dans l’approche en matière de lutte contre le paludisme et accompagneront les efforts conduits dans la région de Ségou. Steven Lutterbeck a relevé que c’est dans cette région que le fardeau du paludisme est le plus élevé, aussi bien en nombre de cas que de décès liés à la maladie. Selon les statistiques du département de la Santé, la région de Ségou a enregistré en 2008, 237 836 cas de paludisme et 338 décès.

Les responsables politiques et administratifs de la région entendent s’engager plus avant dans la lutte contre le paludisme et renforcer les actions à tous les niveaux. Le deuxième adjoint au maire de Ségou, Nafégué Goïta, a ainsi remercié l’État pour les efforts accomplis en admettant qu’il reste beaucoup à faire. Après les différentes interventions, le ministre de la Santé, Oumar Ibrahima Touré, a remis solennellement des kits de CTA destinés à la région de Ségou, au directeur de cabinet du gouverneur. Ouénegué Diarra a promis que ces remèdes parviendront dans les villages. Le paludisme exige un surcroit de mobilisation et d’engagement des décideurs, des acteurs communautaires et des partenaires à travers des actions et initiatives propres à atténuer les conséquences de la maladie dans notre pays et à sauver les enfants notamment les moins de 5 ans et les femmes enceintes qui paient encore un lourd tribut au paludisme. Au menu du lancement du projet stratégie de prise en charge des cas de paludisme aux niveaux communautaire et village, étaient programmés un sketch, des manifestations culturelles et une course d’ânes.

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !