Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le paludisme : l’expertise malienne - 02/07/2010 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

En prélude à cette rencontre sous-régionale, les journalistes de la presse nationale et les membres de l’Agence PR Media West Africa "Public relations media" ont visité mercredi les laboratoires du Centre de recherche et de formation sur le paludisme (MRTC) de la Faculté de médecine, pharmacie et d’odonto-stomatologie (FMPOS). La visite était dirigée par Seydou Doumbia, le directeur général adjoint du MRTC, Cheick Traoré, le directeur du programme d’entomologie médicale du Mali et Mamadou Coulibaly, le chef de l’Unité génomique du centre. Mamadou Coulibaly a rappelé que le Mali, l’Inde et l’Ouganda sont les trois pays qui disposent aujourd’hui des meilleurs centres de recherche et de formation sur le palu dans le monde. Le MRTC existe depuis 1989.

Il abrite en son sein un centre régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a formé et forme toujours des étudiants maliens et étrangers sur la transmission du paludisme par le moustique. Beaucoup d’autres pays viennent étudier l’expérience malienne, s’est félicité Mamadou Coulibaly. Le centre de recherche et de formation sur le paludisme de la FMPOS traite le volet du sida, du paludisme et de la tuberculose. Il possède 7 à 8 laboratoires chargés de faire des investigations, de la création des moustiques génétiquement modifiés. Ces moustiques OGM contribuent et aident le centre à lutter contre le paludisme a-t-il révélé. Le chef de l’Unité génomique a expliqué le processus de capture des moustiques. C’est une équipe de 6 spécialistes qui est envoyée sur le terrain pour capturer des moustiques. Ramenés aux laboratoires, ces insectes sont divisés en deux groupes : les vivants et morts. Les moustiques vivants servent à établir et identifier l’espèce, sélectionner les insecticides pour les interventions contre le paludisme sur le terrain, faire les tests de résistance de la population et avoir une colonie de moustiques pour d’autres expériences. Les moustiques morts permettent de faire le test et des expériences sur l’acide désoxyribonucléique (ADN) et d’établir le statut d’infection des moustiques. Il existe 400 espèces de mâles et de femelles d’anophèles, a indiqué le chef de l’Unité génomique. Parmi elles, seule une soixantaine transmet la maladie du paludisme à l’homme. Parlant du processus de transmission, Mamadou Coulibaly a expliqué que c’est l’anophèle femelle qui transmet le paludisme. En piquant la victime, elle se nourrit de sang qui lui permet de pondre des œufs. Quand elle pique une personne malade elle ingère les différents stades de parasites, dont le stade infectant (Gametocytes). Ces gametocytes se développent chez le moustique. Au bout de 12 jours, les parasites se retrouvent au niveau des glandes salivaires de l’insecte. Ce stade est appelé "Sporozoite". Quand cette femelle pique une personne saine, elle transfère le sporozoite ou le paludisme.

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !