Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre les mutilations génitales féminines : les medias incités à se porter en première ligne - 08/02/2011 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Il s’agit de mobiliser les médias modernes et traditionnels pour une large diffusion des informations sur le phénomène de l’excision. Notre pays a choisi de célébrer la Journée internationale tolérance-zéro aux mutilations génitales féminines (MGF) ce jeudi sous le thème : “ Les médias modernes et traditionnels se mobilisent pour l’abandon de la pratique de l’excision ”. Même si la date choisie par le Comité interafricain a retenue pour célébrer l’événement à l’issue de la rencontre des Premières dames en 2003 à Addis Abeba, était le 6 février.

Plusieurs activités sont prévues tout le long du mois de février dédié au combat contre cette pratique néfaste pour la femme. L’activité phare est placée sous la présidence du ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Maïga Sina Damba, et se déroulera au Centre international de conférence de Bamako (CICB). En prélude à cette journée, le ministère a organisé vendredi dans ces locaux une conférence de presse pour expliquer le choix du thème de la journée et partager avec les médias les résultats et les contraintes de la lutte contre la pratique de l’excision dans notre pays. Le thème découle, selon Mme Maïga Sina Damba, du fait que depuis quelques années, les médias modernes et traditionnels ne cessent d’accompagner le programme national de la lutte contre l’excision présidée par Mme Keïta Joséphine dans toutes ses activités de sensibilisation, plaidoyer, formation et prise en charge des complications liées à la pratique de l’excision.

Ces différents appuis ont enregistré des résultats forts appréciables dans le changement de comportement des populations, s’est-elle félicitée. L’objectif de la journée est de contribuer à l’abandon de la pratique des MGF sur toute l’étendue du territoire et de mieux informer les journalistes de l’existence de la pratique nationale et du contenu de l’ambitieux plan d’action 2010-2014 pour l’abandon de la pratique de l’excision. Il s’agit aussi de mobiliser les médias modernes et traditionnels pour une large diffusion des informations sur le phénomène de l’excision et de mettre à la disposition du département de la Communication et des Nouvelles technologies, les supports d’IEC pour la sensibilisation. Mme Keïta Joséphine a rappelé les efforts louables réalisés dans la lutte contre la pratique de l’excision dans notre pays. Elle a cité, entre autres, l’instauration du dialogue social, l’éveil de conscience des populations, l’enseignement du thème “ excision ” dans les écoles socio-sanitaires. Elle a également noté l’abandon de la pratique de l’excision par 385 villages à travers la signature de conventions locales ou de déclarations publiques.

À cela s’ajoute la prise en charge d’environ 1000 cas de complications liés à l’excision et l’adoption d’une politique nationale et d’un plan d’action 2010-2014 pour l’abandon de la pratique par le conseil de ministre du 24 novembre dernier. Malgré ces résultats positifs, la pratique de l’excision persiste dans plusieurs localités du pays. En témoignent différentes études : 85 % chez les femmes de 15 à 49 ans selon l’EDSM IV et 84 % chez les filles de 0 à 14 ans selon l’enquête nationale sur l’excision 2009. L’analyse de ces résultats, a noté Mme Keïta Joséphine, établit que cette persistance est liée à des pesanteurs socioculturelles. La conférencière constate que cette pratique culturelle engendre diverses conséquences graves et souvent dramatiques. Les conséquences médicales immédiates interviennent dans les suites immédiates ou pendant la première semaine après l’acte. Selon Mme Keïta, les conséquences psychosociales mêlent des épisodes de dépression, d’anxiété, de frigidité conduisant à des conflits conjugaux entraînant souvent des divorces. Cependant, toutes les femmes excisées ne manifestent pas forcément les mêmes symptômes. “ Il n’en demeure pas moins que ce sont des risques que les femmes et les fillettes encourent à cause de l’excision ”, a souligné Mme Keïta. Elle a expliqué les conséquences économiques par le coût élevé de la prise en charge des complications, les frais liés à l’acte, la baisse de la productivité des femmes etc. À quand une loi contre l’excision dans notre pays ? Mme Maïga Sina Damba a rappelé que pour le moment la stratégie officielle de notre pays dans la lutte contre le phénomène insiste qur la sensibilisation et l’information des uns et des autres sur les méfaits de l’excision. Ces explications conduiront certainement à un changement de comportement. Sans ce changement de comportement, aucune loi ne s’avèrera efficace, est persuadé le ministre.

Mariam A. Traoré

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !