Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Traumatologie orthopédie pédiatrique : enfin un nouveau spécialiste - 19/03/2013 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Dr Issa Amadou Touré : Avec un plateau technique de pointe on peut opérer une fracture sans ouvrir le foyer. Le Dr Issa Amadou Touré, est depuis le décès du Pr Madani Touré, le seul chirurgien traumato-orthopédiste pédiatrique. Le besoin de spécialistes dans certaines disciplines médicales ou chirurgicales est criard dans notre pays. Mais depuis plus d’une décennie le Mali multiplie les initiatives et les actions de formation des ressources humaines dans la médecine. A ce titre des médecins ont été envoyés en formation et certains sont déjà revenus mettre leur compétence au service des malades.

C’est le cas du médecin Issa Amadou Touré du service de chirurgie pédiatrique au centre hospitalo-universitaire (CHU) : Gabriel Touré. Depuis le décès du Pr Madani Touré, il y a quelques années, ce pays n’avait pas eu de chirurgien, traumatologue orthopédiste pédiatrique. Le Dr Issa Amadou Touré fait aujourd’hui la fierté de son établissement. Le toubib explique la particularité de sa discipline médicale. Elle requiert parfois que le chirurgien soit efficace pour corriger certaines anomalies congénitales ou acquises. Il explique que la chirurgie traumatologique orthopédique pédiatrique combine deux disciplines de la médecine. Le but est de prévenir et corriger les affections de l’appareil locomoteur chez la tranche de 0 à 15 ans. Le spécialiste du service de chirurgie pédiatrique de Gabriel Touré rappelle que l’appareil locomoteur est le squelette, constitué de la colonne vertébrale et des membres (les deux supérieurs et les deux inférieurs) qui sont reliés par des segments articulés et eux mêmes animés par des muscles. Nous éclairons davantage les lanternes pour mieux comprendre les deux disciplines.

Le Dr Issa Amadou Touré précise que la traumatologie est une discipline qui s’occupe des traumatismes de l’appareil locomoteur. Dans le contexte pédiatrique, il s’agit des accidents domestiques et d’autres traumatismes qui engendrent des lésions plus ou moins graves. Celles-ci peuvent aller des entorses, des luxations, aux fractures fermées ou ouvertes. L’orthopédie est la discipline médicale qui permet de prévenir et de corriger des malformations de l’appareil locomoteur. Ces maladies peuvent être congénitales ou acquises. Au titre des malformations congénitales, on peut citer les luxations congénitales de la hanche (déboîtement congénital de la hanche), celles du genou, c’est-à-dire le genou fléchit en avant dans le sens inverse. Le pied bot figure également parmi les malformations congénitales de l’enfant. la prise en charge. Les malformations acquises sont très souvent liées à des séquelles de traumatismes ou à des infections qui entrainent des déformations. Mais le praticien de Gabriel Touré précise que certaines séquelles de membres peuvent être congénitales comme le cas des membres tournés vers l’extérieur (membres en X) ou à l’intérieur. Pour la prise en charge des pathologies orthopédiques traumatologiques pédiatriques, la médecine dispose de moyens médicaux et chirurgicaux. Il y a l’immobilisation plâtrée à partir de six ans. Dans les cas de fracture du fémur, les médecins procèdent à une intervention chirurgicale et mettent des broches qui permettent de tenir en position anatomique (technique de l’embrochage). Pour les luxations, les spécialistes font une réduction au moins 3 semaines. Il y a aussi des moyens orthopédiques comme les plâtres, les coussins d’abduction, selon l’expression consacrée par des traumatologues orthopédistes pédiatriques.

Dans les cas d’inégalité congénitale des membres, c’est-à-dire lorsqu’un membre inférieur est plus grand que l’autre. Cet état de fait occasionne parfois un boitement avec des conséquences, des répercussions sur le rachis. Tous les enfants touchés par cette inégalité congénitale des membres peuvent être pris en chirurgie réparatrice. Notre interlocuteur note également que la kinésithérapie est utilisée, dans les cas de déficit d’amplitude d’une articulation. Les difficultés dans la prise en charge des enfants sont parfois liées à la multiplicité des interventions (il faut deux trois opérations dans certaines pathologies). Les familles n’ont pas forcement les moyens d’y faire face indique le disciple d’Hippocrate. Il relève que certaines pathologies ont un programme d’intervention. D’autres difficultés sont simplement imputables à la qualité du plateau technique. Avec un plateau technique de pointe on peut opérer une fracture sans ouvrir le foyer mais pour cela, il faut disposer d’un amplificateur de brillance. De l’avis de certains spécialistes, cet équipement ne coûte pourtant pas de la tête aux yeux, encore moins pour un établissement hospitalier. Le Dr Issa Amadou Touré observe qu’avec des équipements de qualité, on gagne en temps et en esthétique dans les interventions chirurgicales. Mais le spécialiste souligne que l’équipe du service de chirurgie pédiatrique travaille en synergie et cela permet de surpasser quelques difficultés. Parce que l’unité de traumatologie orthopédiste des enfants, intègre le service de chirurgie pédiatrique de Gabriel Touré. Le médecin traumatologue orthopédiste pédiatrique rappelle aussi d’autres difficultés qui sont liées au retard dans la prise en charge. Il faut précocement consulter un spécialiste dans les cas de malformations congénitales ou dès constat de séquelles de traumatismes. Il rappelle la nécessité de faire voir tous les enfants par le chirurgien pédiatre au moins deux fois.

B. DOUMBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !