Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Alerte à la fièvre jaune - 18/12/2006 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La maladie qui était pratiquement éliminée connaît une résurgence. Des campagnes de vaccination vont être organisées. Dans le cadre d'un seminaire-atelier de formation, de programmation et d'organisation des campagnes de vaccination préventive contre le fièvre jaune en Afrique qui s'est tenu dans notre pays la semaine dernière, l'Agence de médecine préventive (AMP) de France a organisé dans la cantine du Centre Charles Mérieux, une conférence de presse sur cette maladie.

Les conférenciers étaient les docteurs Philippe Stoeckel, président de l'AMP, Robert Sebbag de Sanofi-Aventis, Sylvie Briand de l'OMS Genève, Jean François Saluzzo de Sanofi-Pasteur et Alfred Da Silva, directeur exécutif de l'AMP.
La conférence s'est déroulée en présence de Lamine Cissé Sarr, le représentant résident de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans notre pays et de Youssouf Issabré, le directeur du Centre Charles Mérieux.

La fièvre jaune est une vielle maladie qui a un redoutable potentiel de destruction sur l'homme. Elle est, selon les spécialistes, mortelle dans 20 à 50% des cas et se signalait autrefois dans nos pays par des épidémies annuelles dévastatrices. Avec l'appui des partenaires techniques et financiers, les pays africains ont fait de gros efforts pour circonscrire le phénomène. L'on a même pensé, à un moment donné, que la maladie était éliminée. Mais depuis quelque temps, elle connaît une résurgence. C'est ainsi qu'en 2006, des cas ont été recensés dans 12 pays africains : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d'Ivoire, Ghana, Guinée, Liberia, Mali, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo.

Philippe Stoeckel a relevé que le vaccin contre la fièvre jaune, est très onéreux. Mais notre pays a une opportunité avec les partenaires de l'Alliance Gavi (Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination) qui a mobilisé des ressources pour le financement d'un stock important de vaccin contre la maladie. Stoeckel signalera, à ce propos, que l'Institut Pasteur de Dakar est le seul établissement africain à fabriquer actuellement le vaccin contre la fièvre jaune.

De son côté, Sylvie Briand de l'OMS a souligné que le plus important dans la lutte contre la fièvre jaune est d'avoir une capacité de riposte et de disposer de vaccins en quantité suffisante. Robert Sebbag a annoncé que des campagnes de vaccination vont être organisées dans 3 ou 4 pays dont le Mali, à charge pour ces pays de planifier eux-mêmes les campagnes en fonction de l'évaluation des risques. Même s'il n'y a pas d'épidémie de fièvre jaune, ont expliqué les conférenciers, il faut se mobiliser pour la vaccination préventive.

Le représentant de l'OMS au Mali a précisé que l'AMP qui est à l'avant-garde de ce combat, possède une des meilleures expertises en vaccinologie du monde. Il a également rappelé que le vaccin protège pendant 10 ans. Le professeur Youssouf Issabré a, lui aussi, insister sur la nécessité d'anticiper pour prévenir les risques d'épidémie.

Les campagnes de vaccination préventive contre la fièvre jaune nécessitent une formation du personnel aux méthodes d'évaluation des risques. A ce propos, Alfred Da Silva a promis qu'un outil d'évaluation sera mis à la disposition des pays.
L'Agence de médecine préventive (AMP) de France, a été créée il y a 35 ans par le Dr Charles Mérieux, président de la Fondation Mérieux, le Dr Jacques Monod, directeur général de l'Institut Pasteur et Philippe Stoeckel. L'Agence consacre ses efforts à la médecine préventive avec une mission d'interface entre les capacités des pays du Nord et les besoins de ceux du Sud.

B. DOUMBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !