Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juin 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2019
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Cataracte : La principale cause de cécité - 02/09/2019 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Cette situation est due au fait que les malades viennent faire les consultations très tardivement, toute chose qui complique les traitements. La cataracte est un trouble de la vision qui survient lorsque le cristallin (petite lentille ovale située derrière la pupille) perd de sa transparence. C’est une maladie qui évolue généralement très lentement.

Elle est la principale cause de cécité dans le monde. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il y a environ 16 millions de cas de cécité dans le monde.
Dr Weng Yan est ophtalmologiste à l’Hôpital du Mali. Elle fait partite de la 26è Mission chinoise.

Selon cette spécialiste et chef de service de l’ophtalmologie, la cataracte est une maladie très fréquente au Mali et constitue la principale cause de cécité. Cette maladie représente plus de 50% des consultations dans son service. Dr Weng Yan révèle que ce nombre croissant est dû à plusieurs facteurs sociaux. « La plupart des gens viennent faire les consultations très tardivement, parce qu’ils pensent au départ que c’est un mauvais sort qu’on leur a jeté. C’est que les patients viennent avec un stade avancé de leur maladie », explique-t-elle. Selon la spécialiste, les causes de la cataracte sont multiples. Elle est, en principe, liée à l’âge.
Mais elle peut aussi être déclenchée par le traumatisme oculaire, le diabète, l’hypertension artérielle, les tumeurs partielles, les fortes lumières que nous recevons, la grossesse, l’hérédité.

Par ailleurs, l’ophtalmologiste de l’Hôpital du Mali explique que cette maladie touche les deux yeux de façon similaire. La tranche d’âge affectée par cette pathologie, selon elle, varie entre 55 ans et plus. Mais les enfants peuvent aussi être affectés par la maladie. Dans ce cas, on parle de cataracte congénitale. Dans la plupart des cas, les causes sont inconnues. Pour prévenir la maladie, notre spécialiste de la Mission chinoise dit qu’il faut dépister tôt et adopter des comportements sains. « Il faut porter des lunettes pour protéger les yeux, manger des légumes et fruits riches en vitamine C et E », recommande-t-elle, tout en insistant qu’il faut privilégier les légumes et fruits pendant les repas et de venir tôt faire les consultations afin d’éviter les complications. A ce propos, Dr Weng Yan invite les autorités pour une large sensibilisation sur la maladie.

Parlant du traitement, l’ophtalmologiste dira que la cataracte peut être guérie sans chirurgie si elle est dépistée tôt. Dans le cas contraire, l’opération est inévitable. « L’intervention est très rapide et sans douleur. Elle ne dure que 5 à 10 minutes », explique la spécialiste, ajoutant que la chirurgie consiste à pratiquer une phacoémulsication. C’est une technique de référence pour la chirurgie de la cataracte qui ne nécessite pas de fil.

« Tout se passe au niveau de la cornée. En effet, la technique repose sur la fragmentation in situ avant aspiration extra capsulaire du cristallin opacifié au travers d’une petite incision limbique ou cornée. Les techniques précédant la phacoémulsification consistaient en l’exérèse (intervention chirurgicale consistant à retirer de l’organisme un élément qui lui est nuisible ou inutile) cristallinienne soit totale soit partielle mais dans tous les cas sans fragmentation du cristallin et donc au travers d’une large incision », détaille le toubib.

Dr Weng Yan assure qu’avec cette nouvelle technique, la guérison est très rapide. « Après une semaine, la personne peut avoir une très bonne vue », dit-elle. A l’Hôpital du Mali, la spécialiste confie qu’elle fait 4 à 5 interventions chirurgicales de la cataracte par semaine. Mais elle précisera que si le plateau technique le permettait, elle pourrait faire 20 interventions par jour.

Depuis sa prise de service, elle a déjà fait 84 interventions. Dans le souci de soulager la population, Dr Weng Yan compte très bientôt mettre en place une campagne de chirurgie de la cataracte avec son équipe.

Fatoumata NAPHO

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !