Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juin 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2019
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Pneumonie infantile : 13000 décès enregistrés en 2018 au Mali - 12/11/2019 - Le journal du Mali - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un enfant meurt de pneumonie toutes les 39 secondes dans le monde. Maladie pourtant évitable, la pneumonie tue plus d’enfants que toute autre infection. En 2018, 71 millions d’enfants n’ont pas reçu les trois doses recommandées de vaccin antipneumococcique conjugué (VPC) et ont donc plus de risques de contracter une pneumonie. Dans le monde, 32 % des enfants suspectés d’avoir la pneumonie ne sont pas amenés dans un centre de soins. Ce chiffre atteint 40 % pour les enfants les plus pauvres dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire.

Selon une nouvelle analyse, la pneumonie a entraîné l’an dernier la mort de plus de 800 000 enfants de moins de 5 ans, soit un décès toutes les 39 secondes. La majorité des victimes ont moins de 2 ans, et près de 153 000 bébés ont y ont succombé au cours de leur premier mois. Six organismes reconnus de santé et de protection de l’enfance tirent la sonnette d’alerte au sujet de cette épidémie oubliée et lancent ce jour un appel mondial à l’action. En janvier, ce collectif accueillera les dirigeants internationaux au Forum mondial sur la pneumonie infantile qui se déroulera en Espagne du 29 au 31 janvier 2020.

Cause de la maladie

La pneumonie est causée par des bactéries, des virus ou des champignons, et provoque chez les enfants des difficultés respiratoires en raison du pus et du fluide qui envahissent leurs poumons. En 2018, ce fléau a fait plus de ravages chez les enfants de moins de 5 ans que n’importe quelle autre maladie. Par comparaison, 437 000 enfants de moins de 5 ans sont morts de diarrhée et 272 000 du paludisme. Kevin Watkins, directeur général de Save the Children, a déclaré ce 12 novembre que « Cette épidémie mondiale oubliée nécessite une mobilisation internationale urgente. Des millions d’enfants meurent par manque de vaccins, d’antibiotiques abordables et d’oxygénothérapie régulière. La crise pneumonique est symptomatique de négligences et d’inégalités intenables dans l’accès aux soins. »

La prévention est possible...

Cinq pays représentent de plus de la moitié des cas mortels de pneumonie infantile : le Nigéria (162 000), l’Inde (127 000), le Pakistan (58 000), la République démocratique du Congo (40 000) et l’Éthiopie (32 000). Les enfants dont le système immunitaire est affaibli par d’autres infections comme le VIH ou par la malnutrition ainsi que ceux qui vivent dans des zones touchées par une pollution atmosphérique élevée et l’insalubrité de l’eau sont particulièrement vulnérables. Grâce à la vaccination, il est pourtant possible d’éviter cette maladie, qui se soigne par ailleurs aisément à l’aide d’antibiotiques peu coûteux si elle est bien diagnostiquée. Mais des dizaines de millions d’enfants ne sont toujours pas vaccinés, et un enfant sur trois présentant des symptômes ne reçoit pas de soins médicaux vitaux. Les enfants atteints de formes graves de pneumonie peuvent également nécessiter une oxygénothérapie, un traitement rarement accessible aux enfants qui en ont besoin dans les pays les plus pauvres.

Selon le Dr Seth Berkley, président-directeur général de Gavi, l’Alliance du Vaccin « Il est choquant que cette maladie évitable, soignable et facile à diagnostiquer soit toujours la première cause de mortalité infantile dans le monde. Nous avons fait d’importants progrès ces dix dernières années et des millions d’enfants des pays les plus défavorisés de la planète bénéficient aujourd’hui du vaccin antipneumococcique. Notamment grâce au soutien de Gavi, la couverture vaccinale contre les infections à pneumocoque dans les pays à faible revenu est désormais plus élevée que la moyenne mondiale, mais il nous reste encore des efforts à faire pour nous assurer que chaque enfant ait accès à ce vaccin qui sauve des vies. »

Faible accès aux financements…

La lutte contre la pneumonie est largement sous-financée par rapport à celle contre d’autres maladies. Seuls 3 % du total des dépenses mondiales de la recherche sur les maladies infectieuses est consacré à la pneumonie, et ce, alors même que la maladie explique 15 % de la mortalité chez les enfants de moins de 5 ans.

Idelette Bissuu
Sources: UNICEF, Save the Children

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !