Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Le ministre Touré dans les hôpitaux : Une dynamique générale de changements - 23/10/2007 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le nouveau ministre de la Santé, Oumar Ibrahim Touré, a visité, hier, les centres hospitalo-universitaires (CHU) Gabriel Touré, Point G et Kati. A chaque étape, il a répété la nécessité du dialogue social avec les syndicats, de la concertation et de l'animation des organes consultatifs des CHU, du renforcement des acquis, de la formation du personnel et d'une meilleure qualité de soins aux malades. Il a, par ailleurs, rappelé la mise en œuvre de la convention hospitalo-universitaire qui se concrétise par le recrutement des internes et l'application effective des statuts des enseignants bi-appartenant, c'est-à-dire qui appartiennent à la fois au ministère de l'Éducation et à celui de la Santé. Cette innovation doit permettre d'améliorer la disponibilité des spécialistes dans les hôpitaux.

La visite de Oumar Ibrahima Touré s'inscrivait dans le cadre classique des prises de contact avec les structures de son ressort mais participait aussi de son désir d'apprécier les conditions de travail dans les différents établissements hospitaliers.
A Gabriel Touré, premier établissement hospitalier visité, Oumar Ibrahima Touré a pu mesurer les efforts de rénovation du service des urgences chirurgicales (SUC) à l'initiative de la Fondation Thiam. Environ 500 millions de Fcfa ont été ainsi mobilisés pour offrir un cadre de soins moderne et un plateau technique de pointe à une prise en charge efficace des urgences. Ce service qui recevait environ 80 patients par jour, ne disposait pas d'une capacité d'accueil suffisante et gérait avec beaucoup de difficultés le flux des malades et des blessés. La rénovation des lieux permet d'aplanir de nombreuses difficultés, mais pas celle de l'insuffisance des ressources humaines qui reste un casse-tête.

Il est établi que 70% du personnel qui a participé au démarrage du service des urgences, sont partis ailleurs aujourd'hui ou sont handicapés par des problèmes cardiaques ou d'autres pathologies telles les arthroses. Cette situation, expliquent les spécialistes, est liée à la charge de travail dans cette unité. Pour limiter cette pression, la nouvelle direction de l'établissement projette de composer 3 équipes de garde qui se relayeront toutes les 8 heures.

Dans le même hôpital, le ministre s'est ensuite rendu à la pédiatrie dont la partie la plus sensible est son unité de réanimation. Celle-ci enregistre plus de 2000 hospitalisations par an dont plus des 3/4 sont des nouveau-nés.
Oumar Ibrahim Touré a pu constater que Gabriel Touré est véritablement en chantier. Les travaux de construction des blocs techniques sont en cours. Rappelons que ce CHU qui a pour ancêtre le dispensaire central de Bamako, est de nos jours un établissement hospitalier de première intention en terme de soins de référence. Cette situation liée à sa position géographique, provoque parfois un engorgement des lieux.

"Tout ce que Gabriel Touré fait de bien n'est jamais su, mais toutes nos maladresses sont amplifiées", a déploré le directeur général de l'établissement, le Dr Abdoulaye Nènè Coulibaly qui s'est défendu de chercher, en l'occurrence, des circonstances atténuantes. Il a ainsi invité ses collègues à un surcroît d'efforts. L'éthique du médecin, a-t-il rappelé, exige une qualité d'écoute et de réconfort pour les malades et des soins de qualité.

Le ministre Touré a, pour sa part, souligné que la nature humaine est ainsi faite qu'on a tendance à oublier les bons résultats obtenus pour s'attarder sur les insuffisances du système. "Nous devons l'accepter et nous mobiliser davantage", a-t-il indiqué avant de "monter" à l'hôpital du Point G. Cet établissement centenaire est considéré théoriquement comme le nec plus ultra en matière de soins de santé de référence dans notre pays. Il dispose de ressources humaines de qualité et d'équipements de pointe. Le ministre Touré y a visité des services clés. Il a ainsi pu apprécier les bienfaits de la technologie au service de cœlio-chirurgie. Les interventions chirurgicales peu invasives sont faites à partir d'une camera miniaturisée et d'instruments performants. Le service de néphrologie du Point G qui assure la prise en charge de l'insuffisance rénale, dispose de générateurs permettant d'assurer la dialyse pour les malades.

Le Point G entend répondre aux exigences d'un hôpital moderne. Elle a, par conséquent, entrepris la construction d'un nouveau service de gynécologie-obsétrique avec une unité de fécondation in vitro. Ce qui constitue une bonne nouvelle pour les couples qui n'ont pu avoir d'enfant. La création de centres de transplantation rénale, de radiothérapie et de chirurgie cardio-vasculaire est également une perspective vers laquelle l'hôpital s'engagera dans les années à venir.

Oumar Ibrahima Touré a ensuite mis le cap sur Kati où il a visité le service de réanimation et le chantier de nouvelles salles d'hospitalisation et des blocs opératoires réalisés à 93%. Cette infrastructure coûtera plus de 520 millions de Fcfa.
Le constat qui s'impose à l'issue de cette tournée, est que les CHU sont résolument engagés dans une dynamique de changement, d'amélioration des conditions de travail du personnel et de la qualité des soins de référence. Les malades ne demandent pas mieux.

B. DOUMBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !