Santé tropicale au Mali - Le guide de la médecine et de la santé au Mali


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Mali > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la tuberculose : encore plus d'engagement - 25/03/2009 - L'essor - MaliEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Une coalition stratégique multisectorielle s’impose pour l'avènement d'un monde débarrassé de cette maladie. Les pays africains qui ne représentent qu'environ 10% de la population mondiale, supportent pourtant 30% de la charge de morbidité liée à la tuberculose. Ce chiffre noir atteste de l'urgence et de la nécessité d'intensifier la lutte contre la tuberculose à l'échelle régionale, voire internationale.

La Journée mondiale de la tuberculose crée une opportunité de mobilisation de la communauté internationale contre le phénomène. Elle a été célébrée hier au Centre international des conférences, sous la présidence du ministre de la Santé, Oumar Ibrahim Touré. On y notait la présence de la représentante de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Diallo Fatoumata Binta Tidiane, de sa collègue de l'Onusida, Mme Yamina Chakkar, du président du Comité antituberculeux et des maladies respiratoires, le Pr Isaac Mamby Touré et de nombre d’invités de marque.

La Journée mondiale de lutte contre la tuberculose célébrée cette année sur le thème : "je m'engage, halte à la tuberculose", consacre la date anniversaire de la découverte du mycobacterium tuberculosis (ou bacille de Koch) en 1882. Un siècle après, la toute première journée a été commémorée dans le monde.

La tuberculose est une maladie endémique dans les pays en développement avec un extraordinaire potentiel de destruction. Selon les statistiques de l'OMS, plus de 1,3 million de cas ont été notifiés dans la région africaine en 2007. Ce chiffre a connu une légère flambée comparativement à 2005 où 1,1 million de cas avaient été recensés dans le même continent.
Face à ce sombre tableau épidémiologique de la tuberculose, les ministres de la Santé des pays africains ont déclaré cette maladie « urgence médicale » en 2005 à Maputo. Depuis, ces pays ont renforcé les programmes de lutte contre la tuberculose à travers des stratégies efficaces.

Chez nous, la lutte contre la tuberculose intègre les priorités gouvernementales. Les pouvoirs publics consentent de gros efforts financiers pour mettre des médicaments gratuitement à la disposition des malades tuberculeux. Au cours de l'exercice écoulé, des techniciens de laboratoire ont été formés pour améliorer la qualité du diagnostic et les capacités des membres du comité antituberculeux et des agents des secteurs public, privé et communautaire renforcées. Le service de pneumonie du centre hospitalier universitaire du Point G, est en rénovation et sera également renforcé.

Notre pays voit grand en matière d'infrastructure et de renforcement du réseau de microscopie (pour la qualité du diagnostic). A ce propos, un laboratoire national de référence est en construction à l'Institut national de recherche en santé publique (INRSP) avec le soutien du Fonds mondial de lutte contre la tuberculose. Cet édifice coûtera près de 100 millions de Fcfa.
Le ministre de la Santé a rappelé que le thème de la journée célèbre ceux qui ont été guéris de la maladie. Leur histoire, leurs convictions et témoignages sont là pour pousser à une coalition stratégique multisectorielle dans l'avènement d'un monde sans tuberculose. Selon Oumar Ibrahima Touré, la maladie est responsable de 26% des décès évitables chez les personnes de 15 à 59 ans avec plus de deux millions de décès par an. Environ 98% de ces décès surviennent dans les pays en développement, a-t-il constaté.

Dans leurs interventions, le président du comité antituberculeux et le représentant de l'OMS ont témoigné des efforts accomplis dans la lutte contre la tuberculose et des défis qui restent à relever. L'émergence de la tuberculose à bacilles multirésistants et de la tuberculose à bacilles ultra résistants (UR) pose de nouveaux défis. Ces formes de tuberculose résultent principalement de l'inadéquation ou la mauvaise administration du traitement aux cas de tuberculose identifiés, a expliqué Fatoumata Binta Tidiane.
Un des temps forts de la journée aura été la distinction des centres de santé de référence (Csref) et des techniciens de laboratoire ou acteurs de la lutte contre la tuberculose. C'est le Csref de la Commune IV qui a occupé la plus haute marche du podium pour les établissements de santé.

B. DOUMBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Maliens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

MaliSanté tropicale au Mali
Le guide de la médecine et de la santé au Mali


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !