Choisissez une FMC ALLERGIES CANCEROLOGIE DOULEUR ORL CARDIOLOGIE PEDIATRIE PALUDISME MERE ENFANT

Suivez-nous :
Identifiez-vous | Inscription


X




Mot de passe oublié ?

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone


Rencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI), site sur la nutrition infantile en Afrique - Retrouvez les blogs des experts, la revue de presse en nutrition infantile, les comptes rendus vidéos, les contributions des membres ... - Plus d'informations



Connaissez-vous les produits Strides Pharma ?

Connaissez-vous les produits Strides Pharma ? Plus d'informations

Plus d'informations


Nouvelles informations Valproate

GUIDE À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Nouvelles informations Valproate - Guide à destination des professionnels de santé

Plus d'informations


Bibliothèque médicale

Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


Offres - partenariat / expertise

SPONSORING
APIDPM s'engage à vos côtés

Vous organisez un congrès médical en Afrique ?
Demandez, dès maintenant, votre dossier de Partenariat congrès APIDPM.

Plus d'informations


COMITE DE LECTURE
Une expertise à partager ?

Vous avez une expertise dans un domaine précis et souhaitez apporter votre expérience et aider nos auteurs à publier de meilleurs articles ?

Contactez Nathalie




Archives / Consultation d'articles


Publié dans Médecine d'Afrique Noire 5605 - Mai 2009 - pages 273-280

La problématique de la prévention de la transmission de la mère à l’enfant (PTME) du VIH dans les pays en développement (PED). Analyse du programme PTME Femme-Sida à l’hôpital provincial de Référence Jason Sendwe de Lubumbashi (R.D.C) note

Auteurs : K. KIZONDE, K. MALONGA, M. MOUTSCHEN - Congo-Kinshasa


Résumé

Objectif : Evaluer l’efficacité du programme depuis la sensibilisation au Dépistage Volontaire du VIH (CDV) en Consultation Prénatale (CPN) jusqu’à la prise en charge effective en PTME des couples mère-enfant en période périnatale.
Matériels et méthode : Il s’agit d’une étude rétrospective et analytique portant sur les cohortes de toutes les gestantes reçues pour la 1ère fois en CPN (n = 10.289) et suivies jusqu’à l’accouchement (n = 8768) du 1er juillet 2004 au 30 juin 2006. Les paramètres analysés sont : le taux de sensibilisation au Dépistage Volontaire (CDV) - le taux d’adhésion au DV (Pré-Test) et au retrait volontaire du résultat (Post-Test) - l’évolution de la séroprévalence VIH chez les adhérées au DV - le taux de prise en charge effective des couples mère-enfant en période périnatale.
Résultat : Le taux de sensibilisation au DV du VIH en CPN est de 91,87% et de toutes les gestantes sensibilisées, 72,82% ont adhéré au DV alors que seulement 61 % de celles-ci se sont présentés au Post-Test. La désaffection observée au pré-Test par rapport au taux de sensibilisation et au Post-Test par rapport au Pré-Test est statistiquement significative (P < 0.001). Quant à la séroprévalence VIH chez les adhérées au DV, elle varie entre 4,4 % et 5,22 % avec un taux moyen de 4,72 %. La comparaison des taux de séroprévalence relevés aux différents semestres ne montre pas de différence statistique significative et le taux moyen de 4,72 % observé dans cette étude est comparable aux autres prévalences rapportées dans notre milieu, il est d’ailleurs voisin du taux national en RDC (4,1 %). Enfin, le taux de prise en charge effective des couples mère-enfant en PTME en période périnatale est évalué à 26,93 %, il serait même de 19 % si toutes les sensibilisées avaient adhéré au DV et au Post-Test.
Conclusion : Comme on le voit, au taux élevé de sensibilisation et satisfaisant d’adhésion au Pré-Test s’oppose un taux bas d’adhésion au Post-Test justifiant la faible efficacité du programme PTME en termes de concept «coût-rentabilité». La carence en information et instruction chez les gestantes, la peur d’un statut sérologique positif pouvant conduire à la stigmatisation et source potentielle de naufrage conjugal, la non-participation du conjoint au programme et surtout le fait que le programme PTME tel que mené actuellement ne s’occupe que du seul volet PTME pure sans prendre en compte la santé et l’avenir des géniteurs en termes d’accès gratuit aux antirétroviraux (ARV), toutes ces raisons pourraient expliquer la désaffection observée au Post-Test et l’inefficacité finale du programme.

icone adobe Lire l'article (PDF)

Cet article est actuellement coté note (1,0 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique noire électronique.
Il a été consulté 1826 fois, téléchargé 411 fois et évalué 1 fois. 6 commentaires ont été postés à propos de cet article

Retour

Les avis sur cet article

Commentaire ajouté le 31/05/2017 par Monsieur Youssouf Traoré (Bamako - Mali) photo

Félicitations aux auteurs.



Commentaire ajouté le 16/01/2010 par Docteur Augustin Ngaha (Bafoussam - Cameroun)

Assez bonne étude
Il s’agit en fait d’une évaluation normative où l’auteur s’est intéressé à l’évaluation des procédures.
Dans l’évaluation normative on veut comparer ce qui est fait par rapport aux normes établies ou conventionnelles. On peut ainsi évaluer :
1- Les ressources (humaines, matérielles et financières) =INPOUT
2-Le processus ou les procédures ;
3-Les résultats
4-l’implantation du programme
5 -L’impact du programme.
Au Cameroun, le processus dans la PTME prévoit en plus une PCR à la 6e semaine de vie chez le nouveau-né et si positive, mettre sous ARV, si la PCR est négative, refaire un test ELISA après le 15e mois de vie ; s’il reste négatif le nourrisson est considéré comme séronégatif définitivement. Cet aspect n’a pas été abordé par l’auteur.
Dans l’évaluation médicoéconomique ont retrouve les études cout/efficacité ; cout/utilité ; cout/bénéfice et les études de minimisation des couts. Il aurait été souhaitable de remplacer le terme COUT/RENTABILITE par cout/bénéfice
Le faible taux de retrait des résultats et partant du post test pourrait être du à une mauvaise définition du circuit des patients et à une insuffisance dans la confidentialité
Dans notre contexte les résultats d’un programme dépendent des ressources qui sont malheureusement assez souvent détournées, handicapant ainsi la mise en œuvre correcte du processus et aboutissant à des résultats mitigés.
L’auteur à tout de même le mérite de s’intéresser à l’évaluation qui est le point faible dans nos systèmes de santé en Afrique.



Commentaire ajouté le 25/09/2009 par Docteur Joseph Agossou (Parakou - Bénin)

Cet article montre du doigt le grave problème de la déperdition des mères vih positives en Afrique
Nécessité de repenser les stratégies de mise en oeuvre de la PTME en Afrique en associant tous les acteurs surtout les maris.



Commentaire ajouté le 09/08/2009 par Docteur Foromo Guilavogui (Conakry - Guinée (République de))

Thème assez intéressant , mais il serait souhaitable que l'article apparaisse intégralement pour que nous puissions voir tous les contours du traité. Je suis promis au poste de coordinateur médical du centre de réference de la PTME du projet OPALS GUINEE. Merci pour votre compréhension .



Commentaire ajouté le 21/06/2009 par Professeur Justin Kizonde Kalungwe (Lubumbashi - RD Congo)

merci aux aimables lecteurs pour l'interet manifeste.



Commentaire ajouté le 19/06/2009 par Docteur Pierre-Marie Douzima (Dakar - Sénégal)

Je félicite les auteurs pour cetravail dont le sujet est d'actualité dans les PED.En dehors de la non adhésion des conjoints et de la stigmatisation, se pose avec acuité celui de la prise en charge des géniteurs.Il faudrait impérativement faire un plaidoyer dans ce sens à l'intention des partenaires qui appuient ce programme, à notre avis.

Dr DOUZIMA Pierre-Marie, DES de santé publique, Institut de Santé et Développement(ISED), Sénégal.



N. B. : pour ajouter un commentaire, tapez votre texte dans le formulaire mis à votre disposition sous l'article intégral.

X


Déjà inscrit ?


Pas inscrit ?


Visiteur occasionnel ?





Rencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI), site sur la nutrition infantile en Afrique - Retrouvez les blogs des experts, la revue de presse en nutrition infantile, les comptes rendus vidéos, les contributions des membres ... - Plus d'informations


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation

 

Publier

Actualités

Partenariats


  • Médecine d'Afrique Noire
    Mensuel - ISSN 0465-4668 -
    Medline (en cours)

Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !