Choisissez une FMC ALLERGIES CANCEROLOGIE DOULEUR ORL CARDIOLOGIE PEDIATRIE PALUDISME MERE ENFANT

Suivez-nous :
Identifiez-vous | Inscription


X




Mot de passe oublié ?

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations



Connaissez-vous les produits Strides Pharma ?

Connaissez-vous les produits Strides Pharma ? Plus d'informations

Plus d'informations


Nouvelles informations Valproate

GUIDE À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Nouvelles informations Valproate - Guide à destination des professionnels de santé

Plus d'informations


Bibliothèque médicale

Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


Offres - partenariat / expertise

SPONSORING
APIDPM s'engage à vos côtés

Vous organisez un congrès médical en Afrique ?
Demandez, dès maintenant, votre dossier de Partenariat congrès APIDPM.

Plus d'informations


COMITE DE LECTURE
Une expertise à partager ?

Vous avez une expertise dans un domaine précis et souhaitez apporter votre expérience et aider nos auteurs à publier de meilleurs articles ?

Contactez Nathalie




Archives / Consultation d'articles


Publié dans Médecine d'Afrique Noire 5702 - Février 2010 - pages 113-116

Professeur Georges Marius Moyen Paludisme grave de l’enfant à Brazzaville note

Auteurs : G. Moyen, A. Mbika Cardorelle, J. Kambourou, A. Oko, A. Mouko, Obengui - Congo-Brazzaville


Résumé

Une étude prospective intéressant les enfants de 3 mois à 15 ans hospitalisés dans les services de pédiatrie des 4 grandes structures sanitaires de Brazzaville a été réalisée dans le but de situer la prévalence du paludisme grave de l’enfant et d’en apprécier son évolution.
Ainsi entre janvier et août 2006, 1506 enfants ont été hospitalisés pour paludisme grave sur 10217 hospitalisés dans l’ensemble des services soit 14,7 %. Il concernait les enfants dont l’âge moyen était de 5 ans et 2 mois (extrêmes : 3 mois et 5 jours -14 ans et 8 mois). Les enfants de 1 à 5 ans, 864 cas (57,6 %) étaient les plus touchés p < 0,02. Le temps écoulé entre le début des symptômes et l’hospitalisation était en moyenne de 8 jours (extrêmes : 10h et 20 jours).
Les formes anémiques, 978 cas (64,9 %) les formes convulsives, 732 cas (48,6 %), le neuropaludisme, 342 cas (22,7 %) étaient les formes les plus observées.
396 décès ont été enregistrés (26,3 %), les formes convulsives étaient les plus concernées : 41,4 % p < 0,02. Les enfants ont gardé des séquelles notamment motrices et sensorielles dans 62 cas. La gravité et la sévérité de l’affection impose des mesures de prévention.

Summary

An exploratory study interesting the 3-month-old to 15 year-old children hospitalized in the services of pediatry of the 4 great medical structures of Brazzaville was carried out with the aim of locating the prevalence of the serious malaria of the child and appreciating its evolution. Thus between January and August 2006, 1506 children were hospitalized for serious malaria on the 10217 hospitalized in the whole services i.e. 14,7%. It related to the children whose average age was 5 years and 2 months (extreme: 3 months and 5 days -14 years and 8 months). The children from 1 to 5 years, 864 cases (57,6%) were affected p<0,02. The average time passed between the beginning of the symptoms and the hospitalization was 8 days (extremes : 10h and 20 days). The forms most observed were the anaemic forms, 978 cases (64,9%) the convulsive forms, 732 cases (48,6%) and the neuromalaria, 342 cases (22,7%). 396 deaths were recorded (26,3%), the convulsive forms were most concerned: 41,4% p < 0,02. The children kept particularly motor problems and sensory after-effects in 62 cases. The seriousness and the severity of the affection impose measurements of prevention.

icone adobe Lire l'article (PDF)

Cet article est actuellement coté note (2,7 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique noire électronique.
Il a été consulté 3295 fois, téléchargé 833 fois et évalué 6 fois. 9 commentaires ont été postés à propos de cet article

Retour

Les avis sur cet article

Commentaire ajouté le 02/11/2014 par Monsieur Paul Ciamala Mukendi (Mbujimayi - RD Congo)

Felicitation, je suis assistant et chargé de recherche à l'ISTM/MBUJIMAYI,les resultats de votre étude son interpellateurs. Les decideurs prendre les mesures qui s'imposent!



Commentaire ajouté le 28/10/2013 par Docteur Aboubacar M. Mah Camara (Conakry - Guinée (République de))

felicitation.JE suis medecin interne au chu igance au medecin generaliste votre article est tres important;c est un sujet d actualite.IL FAUT QUE l autorite s implique pour les materiels et les medicaments.MERCI



Commentaire ajouté le 28/10/2013 par Docteur Aboubacar M. Mah Camara (Conakry - Guinée (République de))

felicitation.JE suis medecin interne au chu igance au medecine generaliste votre article st tres important;c est un sujet d actualite.IL FAUT QUE l autorite s implique pour les materiels et les medicaments



Commentaire ajouté le 30/11/2011 par Docteur Jean Bosco Hulute (Kinshasa - RD Congo)

Felicitation professeur.je suis médecin de santé et je travaille actuellement dans le domaine lutte contre le paludismeen RDC. Votre article confirme qu'il y a souvent l'automedication et que le retard observé peut etre lie soit au manque de moyen soit autre facteur.Avec ce resultat, il serait important d'insiter aussi sur l'IEC. J'espère trouver d'autres articles pour avoir des informations sur les liens entre les décès, les sequelles et le temps écoulé avant la consultation. Merci



Commentaire ajouté le 26/02/2011 par Docteur Edmond Dembele (Bamako - Mali)

je suis medecin dans une mine au mali,le constat est que au mali en general les formes anemiques severes entrainant les convulsions d'ou le neuropaludisme conduisent le plus souvent au deces de l'enfant dans les localites peripheriques primaires car la prise en charge dans ces localites peripheriques et meme secondaires souvent laisse a desirer car l'obtention de la simple oxygene ou du ml de sang releve d'un veritable parcours du combattant,helas en milieu de campagne jusqu'a present les tendances traditionnelles pensent toujours que l'anemie fut-elle palustre ou autre est toujours une maladie non traitable par la medecine conventionnelle.Merci Professeur pour votre enrichissante communication



Commentaire ajouté le 26/02/2011 par Monsieur Rolland-Clovis Kaya Mouanda (Brazzaville - Congo)

Je suis un humanitaire et étudiant en Santé Publique et Environnement à l'Université de Nancy 1; bravo pour la réalisation de ce brillant article! Je souhaiterais que ces résultats puissent inspirer le Ministère de la Santé de mon pays à mieux orienter les actions de prise en charge du Paludisme en général. Merci Professeur, à vous et à votre équipe!



Commentaire ajouté le 05/02/2011 par Docteur Lanto Mahefa Ratsifandrihamanana (Antananarivo - Madagascar)

Grand bravo pour l'auteur. Je me demande quant à l'avenir psychologique de ces enfants, leurs évolutions psychologiques; pas de séquelles?



Commentaire ajouté le 13/09/2010 par Docteur Djibril Kassogue (Bamako - Mali)

Bonjour
je suis Pédiatre, nouvellement affecté dans un hôpital régional du Mali(Mopti). Cet article constitue une référence de choix pour nos recherches ultérieures.Mes félicitations aux auteurs.
Merci



Commentaire ajouté le 08/04/2010 par Monsieur Ariste Dantio Tchouala (Mahajanga - Madagascar)

je suis étudiant en médecine 7 ème année à la faculté de médecine de MAhajanga à Madagascar. cet article est fort intéressant pour moi. et je pense qu'il sera ma source d'inspiration pour la préparation de ma soutenance de thèse l'année prochaine; un garnd merci a son éditeur



N. B. : pour ajouter un commentaire, tapez votre texte dans le formulaire mis à votre disposition sous l'article intégral.

X


Déjà inscrit ?


Pas inscrit ?


Visiteur occasionnel ?





Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation

 

Publier

Actualités

Partenariats


  • Médecine d'Afrique Noire
    Mensuel - ISSN 0465-4668 -
    Medline (en cours)

Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !