Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Victimes des déchets toxiques : 2 nouveaux cas de décès - 03/10/2006 - Le front - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les déchets toxiques déversés à Abidjan le 19 août dernier par le Probo Koala, ont fait 2 nouveaux cas de décès hier. Qui portent le nombre de morts à 10. Ces deux cas de décès, ont été enregistrés à la formation sanitaire d’Abobo, et au Chu de Treichville.

A ce jour, le bilan des victimes des déchets toxiques est de 91393 consultations, 69 hospitalisations, et 10 décès. Toutefois, l’affluence dans les centres hospitaliers, a considérablement diminué. En effet, les centres hospitaliers universitaires (CHU) enregistraient jusqu’à 1000 personnes ou plus au début de cette catastrophe humanitaire. Aujourd’hui, ces structures sanitaires n’accueillent qu’environ une centaine de personnes. L’ampleur de cette catastrophe écologique a conduit à la mise en place, par le gouvernement, d’un comité interministériel de crise. Ce comité a instauré la gratuité des soins par les structures de prise en charge que sont le Service d’aide médical d’urgence (SAMU) dirigé par le Dr Jacques Cissoko, les CHU, les formations sanitaires urbaines, et les centres de santé privés.

Il convient de rappeler que les malades présentent divers signes cliniques dont des céphalées, des vomissements, des éruptions cutanées, des brûlures, des douleurs thoraciques, des maux de gorge. Provoqués par l’hydrogène sulfuré, le merceptan et la soude caustique, substances contenues dans les déchets toxiques liquides déversés par le Probo Koala. Ces signes cliniques ont nécessité la prise en charge avec divers médicaments, gratuitement offerts pour l’essentiel. Entre autres des anti diarrheiques, des antitussifs, les anti-spasmodiques, les antihistamiques, les anti-inflammatoires, les collyres, les pansements digestifs, et les cantipyeritiques.

Selon les chiffres émanant de N’da Siméon, responsable de la communication au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, 91013 personnes ont consulté dans les différentes structures sanitaires dont 10040 au CHU de Treichville, 13855 au CHU de Cocody, 6050 au CHU Yopougon, 46497 à la direction régionale des lagunes 2 et 14571 à la direction régionale des Lagunes 1. Grâce aux campagnes de sensibilisation, la psychose qui s’était emparée de la population au début de la crise a considérablement baissé.

Calvin Wandji

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !