Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

VIH-Sida : disparue d’Afrique centrale, une souche rare refait surface en Afrique de l’ouest - 02/12/2011 - Fraternité matin - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La « souche N », une souche très rare de VIH, était jusqu’alors cantonnée au territoire camerounais et semblait disparue. Quelques jours seulement avant la journée mondiale de lutte contre le Sida, des chercheurs français l’ont annoncé, le 25 novembre dernier, dans une revue médicale spécialisée qu’elle est à nouveau réapparue en Afrique de l’ouest.

Dans un rapport cosigné avec ses collègues du Centre national de référence du virus de l'immunodéficience humaine de Rouen, le Pr François Simon, de l’hôpital Saint-Louis de Paris explique, en effet, avoir isolé la « souche N » du VIH chez un Français de 57 ans. Infecté au Togo, ce dernier avait été pris en charge à Paris en janvier dernier.

C’est que, en retraçant l'histoire de la vie sexuelle du patient, les médecins ont estimé que l'infection a « probablement » été contractée lors de rapports sexuels au Togo, « ce qui suggère que les virus du groupe N circulent désormais hors du Cameroun ».

Et le scientifique de s’étonner de cette réapparition : « nous pensions qu’elle avait disparu. Nous l’avions observé il y a 15 ans au Cameroun, où elle avait été à l’origine de 10 cas. C’est une souche sauvage extrêmement différente des souches classiques. Elle est très proche de celle que nous retrouvons chez les animaux, et en particulier chez les chimpanzés. »

La bonne nouvelle apparemment, se situerait sur le front des traitements. En effet, les médicaments actuellement disponibles auraient montré une très bonne efficacité. Même si « un suivi immunologique et virologique à long terme est nécessaire », selon le Pr. François Simon. Qui insiste sur l’impérieuse nécessité « d’observer tous les variantes du VIH, et d’être aux aguets pour bien repérer ce genre de situation ».

Il existe deux types de virus de l’immunodéficience humaine, le VIH-1 (qui est le plus commun) et le VIH-2. Le premier est lui-même réparti en trois groupes : la souche M qui est à l’origine de la pandémie mondiale, et deux autres souches très rares, O et N. Plus récemment, en 2009, un quatrième groupe – la souche P- a été identifié par une équipe française chez une patiente originaire du Cameroun.

Ghislaine ATTA

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !