Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Mortalité maternelle-Dr. Adjobi Roland : « La mortalité maternelle, un cas de santé publique » - 03/11/2012 - Notre Voie - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« La mortalité maternelle est devenue un cas de santé publique. Le nombre de décès déjà trop élevé, a atteint un niveau intolérable de 600 décès sur 100 000 accouchements », a indiqué le Dr. Adjobi Roland, Maître assistant au Chu de Cocody. C’était récemment au cours d’une conférence débat organisée par l’ONG Yéleen à l’espace Soukalo de Treichville. Cette conférence co-animée par Dr. Yao Ignace, également Maître assistant au Chu de Treichville, a porté sur la prise en charge en urgence de la mère.

Il faut que la prise en charge soit gratuite, car cette mortalité maternelle qui est un indice de pauvreté, frappe effectivement les plus pauvres, a argumenté le spécialiste. Selon lui, il faut que l’on arrive à un taux de 90% d’accouchements assistés, notamment par un prestataire qualifié. L’Etat, dit-il, doit donc faire en sorte qu’il existe au moins un prestataire qualifié dans chaque établissement sanitaire ce qui limiterait les évacuations. Aussi il faut que des protocoles soient instaurés et suivis. Pour Dr. Adjobi, la décision d’aller consulter (banalisation de la mortalité de la femme), le retard pour l’accès au service (transport en cas d’accouchement) et le retard pour une prise en charge lié à la compétente et à l’insuffisance des structures d’accueil, sont autant d’obstacle à la prise en charge des femmes en couche. « Les causes de la mortalité maternelle sont connues. Ce sont surtout le manque de consultations prénatales (particulièrement celle du 9e mois), les avortements clandestins, les infections, les hémorragies. Mais cette mortalité est aussi imputable à la faiblesse du système sanitaire (1/50 mille). Une concentration de gynécologues à Abidjan. Sur les 3600 médecins spécialistes 2900 sont concentrés à Abidjan, seulement 700 couvrent le reste du pays. Les décès en couche résultent aussi de considération culturelle, de conditions socio-économique et de question de démographie (planning familiale) », a explique Dr. Adjobi.

Djè Abel

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !