Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Ulcère de Burili : Lancement du plan stratégique national ; Mener une lutte globale contre la pandémie - 09/02/2007 - Le patriote - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Mener une lutte globale contre l’ulcère de Burili en Côte d’Ivoire. C’est l’objectif principal du plan stratégique national de lutte contre la maladie. Le jeudi 08 février 2007, lors du lancement officiel dudit plan au palais de la Culture de Treichville, le Directeur du programme national a exposé la situation endémique de la maladie en Côte d’Ivoire avant de rassurer le Premier ministre et les partenaires stratégiques sur le caractère offensif de la nouvelle politique du gouvernement. Selon le Pr Assé Henri, l’ulcère de Burili a touché plus de 25.000 personnes depuis 1978 avec plus de 1878 cas en 2006 faisant de la Côte d’Ivoire le pays africain et du monde le plus touché par la pandémie. «… la situation en Côte d’Ivoire est d’autant plus grave quand on sait que 90 % des cas sont liés à un dépistage tardif, 80 % des malades sont des jeunes et des enfants rendant donc 60 % de la population active invalide », déplore-t-il.

Pour palier donc la faible couverture sanitaire, le Pr Assé Henri mise sur l’application des dix axes stratégiques du plan national en élaboration. Notamment la détection précoce, la formation des acteurs, la standardisation de la prise en charge, la confirmation biologique des cas et le renforcement du Plateau technique.

Face au caractère dramatique et «affreux» de la maladie, le Premier ministre lui a appelé à une prise de conscience collective aussi bien des décideurs, des agents de santé que des bailleurs de fonds. «… C’est un cas de santé publique auquel nous avons le devoir de nous attaquer quelles soient nos difficultés», invite M. Charles Konan Banny.

Dressant le bilan de son département pour l’année 2006, le ministre Allah Kouadio Remi a reconnu la résurgence de certaines maladies, mais très vite stoppées grâce aux efforts du gouvernement et à l’implication personnelle du Premier ministre. Au nombre des actions posées oui en cours, le ministre Allah Kouadio a annoncé l’affectation très prochaine de 300 agents de santé dans les zones centre, nord, ouest l’intégration de 1300 cadres de santé et la réhabilitation du CHU de Bouaké prévue pour mars 2007.

Parlant de l’ulcère de Burili, le ministre de la Santé et de l’hygiène publique pense qu’avec 10 régions touchées sur les 19 en Côte d’Ivoire, cette maladie est une bombe à retardement dont les soins sont longs ; lourds et coûteux.

Coulibaly Moussa

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !