Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Médicaments de la rue : Les pharmaciens dévoilent les dangers - 29/05/2007 - Le patriote - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

A défaut d’éradiquer la vente illicite des médicaments de la rue, i faut prévenir le patient sur les dangers qu’il court en ayant recourts à la rue pour se soigner. Le conseil national de l’ordre des pharmaciens (CNOP) engage la guerre contre les médicaments de la rue. A la faveur de la semaine africaine de sensibilisation sur les dangers du marché illicite de médicaments en Afrique, débutée hier lundi, le CNOP a lancé une vaste campagne nationale de sensibilisation contre les dangers liés à l’usage des médicaments de la rue. Au cours d’une rencontre avec la presse nationale, Kouassi Parfait a expliqué les objectifs visés à travers cette opération.

« A défaut d’éradiquer les marchés sauvages, nous voulons prévenir le patient, en lui disant qu’il se fait plus de mal en utilisant les médicaments de la rue. Tout médicament peut être dangereux. Et ne reste médicament que s’il est bien conservé et bien utilisé. Les médicaments de la rue sont sources d’intoxication et de mauvaise prise en charge des malades », a commenté le président du CNOP. Selon Kouassi Parfait, les maladies comme les insuffisances rénales, les perforations intestinales, les troubles cardiaques, les phénomènes de résistances aux antibiotiques deviennent fréquents. «Aujourd’hui, l’utilisation des médicaments de contrefaçon, a-t-il indiqué, fait perdre 4 à 5 milliards de recette fiscale à l’Etat et 30 milliards de manque à gagner pour les pharmacies». Durant cette campagne, le CNOP, a signifié son président, compte faire la promotion des médicaments génériques et de substitution. M. Kouassi a toutefois recommandé aux pouvoirs publics de renforcer la réglementation pharmaceutique dans le sens d’une plus grande coercition. Ce d’autant plus que les officines jouissent d’un privilège de monopole en ce qui concerne la manipulation et la vente des médicaments.

D. Maïmouna

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !